Steam est depuis longtemps dans le collimateur des grands éditeurs. Pour avoir trop longtemps négligé le jeu sur PC sans avoir vu venir la dématérialisation, ils ont laissé apparaître et grandir un acteur tiers qui s’est imposé comme un incontournable pour les consommateurs, captant jusqu’aux trois quarts des ventes numériques sur PC. Les trois gros (Activision Blizzard, Electronic Arts et Ubisoft) ont alors tenté d’utiliser leur propre boutique numérique (Battle.net, Origin et Uplay) pour concurrencer Steam. La grande intelligence de Steam ayant été de ne pas se contenter d’être un magasin mais aussi un outil pratique pour les joueurs et les développeurs (via les fonctions de SteamWorks, disponible gratuitement), Steam a bien résisté. Plutôt que d’être distribué partout, les éditeurs ont donc commencé à retirer leurs jeux de Steam pour ne plus les offrir que via leur propre service. Bon, à part Ubisoft, que la gestion calamiteuse de Uplay a mis passablement en retard dans ce domaine.