Je vous connais si bien que je sais exactement ce à quoi vous avez pensé ce matin. Vous vous êtes levé, vous vous êtes gratté et vous vous êtes dit : « Le jeu vidéo a besoin d’un 32 492e FPS de survie post-apocalyptique, avec des persos cachés derrière des masques à gaz qui se tirent dessus à la kalash. » Et là boum, hasard incroyable, c’est justement Vigor, le nouveau titre multijoueur des créateurs d’Arma et de DayZ, Bohemia Interactive. Dans un monde froid et persistant, vous serez une âme errante, en vue à la troisième personne, cherchant à récupérer de quoi améliorer votre abri personnel en partant en vadrouille sur des petites cartes multijoueurs d’inspiration norvégienne. Là, vous y croiserez onze autres survivants en doudoune, prêts à vous dérouiller. Vigor me fait beaucoup penser à Escape from Tarkov (en moins hardcore, tout de même), puisque le joueur embarque des items avant chaque match – armes, munitions, soins, armures, bonnet à pompon… – et risque de tout perdre si ses ennemis viennent butiner comme de vieux charognards son cadavre encore tiède. Miracle pour un jeu Bohemia, je n’ai pas vu le frame rate s’effondrer dès que plus de trois combattants étaient présents à l’écran. Peut-être parce que le développeur s’est enfin décidé à utiliser l’Unreal Engine, au lieu de son moteur 3D propriétaire… Vigor est pour l’instant annoncé exclusivement sur Xbox One, avec un accès anticipé cet été.