Un instant, Milo et Lola, deux beaux jeunes gens, vivaient pleinement leur vie lors de la fête de fin d’année de leur fac. L’instant d’après, les voilà morts et en enfer. Un peu déroutés (on le serait à moins ; personnellement, je suis pris au dépourvu et chafouin quand il manque mon plat préféré à la cantine, alors imaginez, si j’apprenais soudain que j’étais mort, ça me tuerait probablement sur le champ), ils rencontrent Sam, chauffeuse de taxi sur le Styx, qui les prend en charge et les guide lors de leur première visite en enfer. C’est grâce à elle que Milo et Lola découvrent les différentes îles de l’enfer et surtout les bars qu’on y trouve. Logiquement, ils commencent à boire. C’est qu’en enfer, ils ne le savent pas encore mais ils ne vont pas tarder à l’apprendre (tout comme vous quand j’aurai terminé cette phrase, ce qui n’est pas gagné mais on va faire un effort), il est possible de faire la nique aux démons et de revenir au monde des vivants grâce à un stratagème à la fois habile et admirable de simplicité : il suffit de battre Satan à un concours de boisson. Tout Afterparty se déroule en une nuit en enfer, durant laquelle Milo et Lola vont tout tenter pour y parvenir.