Quand Microsoft a annoncé son « plus gros E3 de tous les temps », on savait déjà que ça impliquerait Jean-Michel Massetèrechiffe, les gros doudous de Gears of War et des voitures. Et puis Walmart est arrivé avec ses leaks et ses gros sabots, et a confirmé la présence de Forza Horizon 4 sur le salon. Loin du réalisme de Forza Motorsport, la série de Playground continue d’incarner une sorte de revival d’Outrun, oscillant entre conduite ultra arcade et tourisme motorisé en monde ouvert. D’ailleurs, j’espère que vous aimez les paysages de campagne bucoliques, parce que le studio britannique a décidé de jouer ce quatrième volet à domicile. En passant de l’Australie à la Grande-Bretagne, la notion de dépaysement prend forcément un coup dans les lampions, mais cela permet de jouer avec les curseurs météo. Chaque semaine, le jeu changera de saison, passant de la boue à la neige, du grand soleil caniculaire au crachin local. De quoi renouveler les panoramas, les sensations de conduite et même la structure du jeu, qui donnera accès à des zones et des événements particuliers en fonction du calendrier. Une chouette idée qui n’est pourtant pas la plus grosse prise de risque de Forza Horizon 4, puisque cet épisode marquera le passage de la série au tout-connecté, façon The Crew. Si vous n’aimez pas les gens, rassurez-vous, le classique mode offline sera toujours accessible d’un bref passage dans le menu, histoire de ne pas être perturbé par de jeunes trublions pendant la traversée des Lochs au volant d’une Aston Martin de 1964.