Longtemps, j'ai été un esthète de la vue à la première personne. La simple idée d'un jeu de guerre avec une caméra qui suivrait mon personnage à cinq mètres derrière réveillait mes nombreux ulcères. Aller ainsi me battre contre d'autres joueurs, en voyant dans les coins et par-dessus les couverts sans m'exposer, me rendait malade par avance – c'est d'ailleurs pour cette raison que je suis longtemps resté à l'écart de Playerunknown's Battlegrounds. Et puis, un jour, j'ai cliqué sur le mauvais bouton dans le menu principal de Ghost Recon Wildlands et je me suis retrouvé sur Ghost War, son mode multijoueur compétitif. Deux équipes de quatre joueurs, un bout de terrain minuscule emprunté à la carte solo, de la troisième personne à gogo... En somme, tous les ingrédients pour des parties insupportables. Dont le mélange donne l'un des meilleurs modes PvP auxquels j'aie pu jouer dans ma vie.