Oh vous savez, ma bonne dame, la vie n'est pas rose pour les gueux comme moi. Je ne viens pas d'une famille bourgeoise et je travaille dans la presse en région parisienne. Alors évidemment, j'en suis réduit à vivre dans un clapier à lapin. Plus exactement un 26 mètres carrés en banlieue, avec un loyer de 800 euros versé à des baby-boomers qui s'en serviront pour se payer leur sixième croisière de l'année. Savez-vous comment je résiste à l'envie de renverser la société par les armes ? Je dessine sur Internet les appartements de mes rêves, ceux que je pourrai habiter quand Philippe Poutou prendra le pouvoir par la force puis fera chuter les prix du logement de 91 %. Ça tombe bien, je viens de découvrir le logiciel ultime : Kazaplan. C'est une merveille. Ça explose toutes les autres applis d'architecture/aménagement intérieur (comme Sketchup) que j'utilisais auparavant pour donner vie à mes fantasmes immobiliers. Ce site web gratos utilise l'excellent moteur graphique BabylonJS et associe à un dessin 2D de plan d'architecte une visualisation 3D pour l'ameublement et la déco. Après cinq minutes passées à comprendre l'interface, j'étais accro. En une après-midi, je me suis construit un appartement décadent de 150 mètres carrés, avec une cuisine à îlot central (un vieux rêve), une chambre de maître avec un dressing gigantesque et une salle de bain plus grande que mon studio actuel (la douche italienne fait 160 cm de large, c'est presque pornographique). Kazaplan est un soft « sérieux » (vous pouvez créer des plans très précis, les exporter, etc.) mais tellement pratique et bien fichu qu'on peut y jouer comme The Sims avec un budget illimité. J'y retourne, je dois peaufiner le placement de mes luminaires et surtout retravailler la couleur des rideaux, car comme me l'a appris ma mère, « les rideaux sont l'âme d'une pièce ».