L’Américain John Gilkey aime les livres. Ou plutôt, il aime l’image d’homme sophistiqué que lui confère sa bibliothèque peuplée de premières éditions, de manuscrits rares et d’exemplaires dédicacés. Il est tellement attaché à cette image qu’il écume régulièrement les salons de collectionneurs, les conventions de bibliophiles et les librairies renommées, armé de chèques en bois et de numéros de cartes de crédit volées. En l’espace de quelques années, Gilkey a dérobé l’équivalent de 200 000 dollars de livres anciens, et il ne semblait pas près de s’arrêter. Du moins, jusqu'à ce que n'intervienne Ken Sanders, aussi connu sous le surnom de « Biblioflic », un libraire passionné qui s'est improvisé détective et a tout mis en œuvre pour le faire coffrer. L'histoire vraie de ces deux hommes, que seul l'amour des livres semble unir, est formidablement retracée par la journaliste Allison Hoover Bartlett – laquelle s'est déclarée mue par un profond désir de comprendre ce qui poussait certaines personnes à s'échanger des éditions de 1874 du Livre de Mormon sur des parkings mal éclairés comme s'il s'agissait de briques de cocaïne.