Les développeurs polonais de Dying Light 2 insistent beaucoup là-dessus : leur nouveau jeu ne sera pas une version légèrement améliorée du premier épisode sorti en 2015. Bien sûr, on va y retrouver l'ambiance générale du jeu – une ville en ruine, des zombies dégueulasses – et le système de déplacement en mode Parkour qui a fait la renommée de Techland. Sont aussi toujours présentes les armes de mêlée bien brutales, qui permettent de décapiter de l'ennemi d'un coup sec, avec un joli ralenti pour apprécier l'action et les gerbes d'hémoglobine. Mais ça, c'est la surface. Le cœur du jeu (les gens de Techland ont dû le dire 892 fois lors de leurs interviews sur le salon), c'est que les choix du joueur auront une influence sur tout l'univers du jeu. Vous avez compris ? Vous êtes sûrs ? Allez, je le répète quand même. Les choix du joueur influeront sur l'univers. Le joueur. L'univers. Des choix. De l'influence. Très important.