Vous le savez sûrement, Chrome est en train de nous préparer une belle crasse pour la fin d'année. Google pourrait en effet bientôt limiter la capacité de son navigateur à bloquer les pubs. Nous vous avions donc, dans cette même rubrique, fortement encouragé à passer à Firefox, dont les dernières versions sont excellentes. Mais que faire si vous ne supportez pas ce browser ? S'il vous semble trop différent de Chrome, ou que vous n'y trouvez pas votre extension favorite ? La solution consiste à garder le moteur de Chrome (il s'appelle Chromium, il est open source), en changeant ce qu'il y a autour. C'est déjà ce que permet Vivaldi, mais une autre alternative est en train de gagner en popularité : le navigateur Brave. En gros, c'est du « tout pareil que Chrome » (menus, onglets, thèmes, extensions...), avec un « bouclier » intégré dans le noyau du navigateur pour bloquer les pubs et protéger la vie privée de l'utilisateur. Avantages par rapport à Chrome : c'est encore plus rapide (car il y a moins de merdes à charger sur chaque page), les réglages par défaut sont excellents (DuckduckGo en moteur de recherche, blocage des scripts, encryption HTTPS activée...) et vous avez un thème sombre dès le premier lancement. Toutes les extensions Chrome sont compatibles et il suffit de quelques secondes d'acclimatation pour y retrouver le même confort qu'avec le navigateur de Google. Personnellement, après deux mois plutôt satisfaisants sur Firefox, je suis repassé sous Chromium avec Brave pour deux raisons principales : certaines extensions (Dark Reader, Dashlane...) sont un peu mieux gérées et les outils Google (Gmail, Google Docs...) y fonctionnent bien mieux.