Je pourrais regarder mon téléphone pour découvrir la température exacte, mais cet effort ne ferait qu'ajouter des litres de sueur supplémentaires à mes vêtements déjà détrempés. Alors j'attends patiemment qu'une place se libère pour jouer à La Forêt des frères Grimm, tout en tâchant de rester hydraté grâce à l'eau tiède qui sort de ma gourde prétendument « isotherme ». Après une courte attente qui m'aura donné l'impression de durer cinq siècles, l'organisateur nous fait signe et nous traçons vers notre table de jeu, passant sous le soleil comme si nous subissions un orage de grêle. À peine assis, je constate que le titre de Lucky Ducky Games est pourvu d'un matériel splendide. Qu'il s’agisse des dessins sur les cartes, des figurines finement détaillées ou des différents plateaux de jeu, La Forêt des frères Grimm ne commet aucune faute de goût et c'est avec beaucoup d'enthousiasme que j'écoute les règles, au point d'oublier un instant que le soleil essaye de tous nous tuer depuis maintenant quatre bonnes heures.