Attention, alerte rouge. Ceci n'est pas un exercice. Bon, on ne va pas trop s'enflammer, mais sur le papier Solar Baron dépasse mes fantasmes sexuels les plus pervers. Sur une Terre épuisée, le joueur doit construire un port spatial d'où il lance des fusées pour aller piller les ressources du système solaire. Jusque-là, rien d'extraordinaire. Sauf que l'analyse des photos d'écran révèle une grande ressemblance avec Kerbal Space Program. La construction des engins spatiaux reprend le même principe et la même interface, tout comme la navigation orbitale dans un système solaire généré procéduralement. On peut distinctement y lire des termes excitants comme « delta-V » ou « apoapsis ». Il sera même possible de construire des stations spatiales. Ça a l'air foutrement excitant, comme si un savant fou avait marié notre glorieux Kerbal avec un jeu de construction, un jeu de logistique et un jeu de gestion des ressources. Je ne voudrais pas hyperventiler pour rien, mais je compte quand même passer le troisième trimestre de l'année à rafraîchir la page Steam de Solar Baron toutes les demi-heures.