Parmi la horde des joueurs hurlant à un reboot de leur série préférée, à un nouvel épisode de The Elder Scrolls, de Skate ou de GTA, il est un groupe qui ne fait pas de bruit et se contente d'un simple sourire satisfait dès que Nintendo daigne annoncer, souvent à la dernière minute, un nouvel épisode. Ces joueurs, ce sont ceux de Picross. Ils regardent gentiment, avec beaucoup de tendresse, les autres communautés se déchirer pour savoir quelle est la meilleure console ou le meilleur matériel, entre le PC, la PlayStation et la Xbox. Ce débat d'enfant, se disent-ils amusés, est pathétiquement stérile, puisque seules les consoles de Nintendo, depuis Mario's Picross sur Game Boy, accueillent les meilleurs représentants, pour ne pas dire les seuls, du genre Picross. Pour ceux qui ne connaissent pas, un Picross, pour aller vite, c'est une sorte de Sudoku, en plus simple, qui occupe aussi bien les neurones qu'il détend le corps après une dure journée de travail. Posséder un jeu de Picross, c'est un peu comme avoir toujours sous la main un numéro de Télé 7 Jeux. On peut jouer au Picross dans son lit, on peut remplir les cases pendant qu'on regarde un film, entre deux arrêts de métro ou en attendant les résultats de sa biopsie. En bref, un bon Picross, c'est comme un ami qu'on pourrait garder dans sa poche pour lui parler par tranches de quelques minutes à chaque fois.