HS25
Première partie
Contenu Premium
Accessible uniquement aux abonnés

Feargus Urquhart, patron de studio indépendant

Quand on parle de studios indépendants, on imagine un garage dans lequel sont tassées quatre créatures que la malnutrition a rendu chétives. Ce cliché ne correspond pourtant pas à tous les indés : une petite poignée de studios réussit à travailller en toute indépendance sans pour autant cesser de manger le 15 du mois. Leur solution ? Alterner entre la réalisation de jeux pour les gros éditeurs du marché et le développement de projets plus personnels. Parmi eux, on compte Obsidian Entertainment, un studio de Californie du sud qui compte près de 200 employés. Fondé en 2003 par les réfugiés de la branche « jeux de rôle » d'un Interplay exsangue, Obsidian fera du jeu de rôle sa spécialité (Star Wars : KOTOR II, Neverwinter Nights 2, Fallout : New Vegas) tout en privilégiant le travail de commande : ce n'est qu'après sept ans d'existence que le studio réussira à développer un jeu de son invention, Alpha Protocol, puis qu'il réussira à s'extirper un peu de ses contrats avec des éditeurs pour produire plus de jeux originaux, notamment grâce au financement participatif sur le site Kickstarter. Nous avons posé quelques questions à Feargus Urquhart, qui dirige Obsidian depuis sa création, histoire d'y voir plus clair sur la place d'un grand studio indépendant dans une industrie où les blockbusters coûtent de plus en plus cher à produire.

Article réservé aux abonnés S'abonner

Attention : Vous n'avez pas accès à cette partie du site

Article premium réservé aux abonnés

Inscrivez-vous

S'incrire

Faites-vous offrir des articles par vos amis abonnés ! Pas d'amis ? Chouinez pour qu'ils deviennent gratuit !

Créer un compte

Déjà inscrit ? Se connecter

Abonnez-vous

S'abonner

Accédez au contenu premium, offrez des articles à vos amis, votez pour rendre gratuits certains articles et plein d'autres choses

S'abonner

Déjà inscrit ? Se connecter

Commandez le numéro

Commander

Vous pouvez commander ce numéro de Canard PC en papier sur notre boutique et le recevoir chez vous.

Le Commander

Déjà inscrit ? Se connecter

Nos articles gratuits

En chantier

Factory Town

Comment négocier un village serré

A venir

Rage 2

Rose fluo des sables

En chantier

Satisfactory

Analyse d'usine

C'est quand même bizarre, le jeu vidéo. Là, sur mon PC, j'ai une demi-douzaine de titres installés, dans lesquels je pourrais être le plus grand héros de l'univers, vivre des odyssées épiques, dérouiller des cyborgs nazis ou des mutants radioactifs, sauver des mondes entiers. Mais ils ne m'intéressent plus. Non, ce que je veux faire, c'est rester l'ingénieur-esclave d'une mystérieuse corporation futuriste, optimiser des circuits logistiques, déployer des tapis roulants, planifier des extensions d'usine et fabriquer toujours plus de vis ou de bobines de cuivre. Satisfactory a fait de mon existence une triste course à la productivité, et j'en suis complètement accro.

En chantier

Factory Town

Comment négocier un village serré

Qui aurait pu penser, avant l'extraordinaire Factorio, qu'organiser des circuits de tapis roulants sur une planète hostile était l'une des choses les plus excitantes à faire dans un jeu vidéo ? Factory Town nous propose à peu près la même chose, dans l'univers gentil et coloré d'un petit village productiviste.

A venir

Rage 2

Rose fluo des sables

Dans les quartiers en proie à la délinquance, certaines entreprises de BTP peignent leurs engins de chantier en rose vif, parce que les véhicules de cette couleur ne sont jamais volés. Devant les bagnoles rose fluo et les néons fuchsia qui parsèment Rage 2, je suis donc vite arrivé à une conclusion inquiétante : dans le désert post-nucléaire, les risques de cambriolage sont élevés. Merci de lire Canard PC, le journal de tous les scoops.

On y joue encore

No Man's Sky

On y joue enfin

Un espace infini à explorer ! Des planètes sublimes ! De la coop' avec vos amis ! Le retour de l'être aimé ! Un bon film Batman au cinéma ! Oui, en 2016, No Man's Sky avait fait beaucoup de promesses impossibles à tenir. Ses bugs en pagaille, ses performances désastreuses et sa génération procédurale absurde ne suffisaient pas : il fallait qu'en prime il y ait tromperie sur la marchandise. Pas de multi, pas de grandes batailles spatiales entre factions, pas de vaisseaux propres à chaque joueur, pas de bras, pas de chocolat : un vrai accident industriel en termes de communication. Mais tout ça, c'était il y a longtemps. Grâce à un suivi rigoureux et à des mises à jour robustes, No Man's Sky a beaucoup changé depuis sa sortie. Peut-être même au point de mériter une seconde chance.

En chantier

Satisfactory

Analyse d'usine

C'est quand même bizarre, le jeu vidéo. Là, sur mon PC, j'ai une demi-douzaine de titres installés, dans lesquels je pourrais être le plus grand héros de l'univers, vivre des odyssées épiques, dérouiller des cyborgs nazis ou des mutants radioactifs, sauver des mondes entiers. Mais ils ne m'intéressent plus. Non, ce que je veux faire, c'est rester l'ingénieur-esclave d'une mystérieuse corporation futuriste, optimiser des circuits logistiques, déployer des tapis roulants, planifier des extensions d'usine et fabriquer toujours plus de vis ou de bobines de cuivre. Satisfactory a fait de mon existence une triste course à la productivité, et j'en suis complètement accro.

En chantier

Factory Town

Comment négocier un village serré

En chantier

Factory Town

Comment négocier un village serré

Qui aurait pu penser, avant l'extraordinaire Factorio, qu'organiser des circuits de tapis roulants sur une planète hostile était l'une des choses les plus excitantes à faire dans un jeu vidéo ? Factory Town nous propose à peu près la même chose, dans l'univers gentil et coloré d'un petit village productiviste.

A venir

Rage 2

Rose fluo des sables

A venir

Rage 2

Rose fluo des sables

Dans les quartiers en proie à la délinquance, certaines entreprises de BTP peignent leurs engins de chantier en rose vif, parce que les véhicules de cette couleur ne sont jamais volés. Devant les bagnoles rose fluo et les néons fuchsia qui parsèment Rage 2, je suis donc vite arrivé à une conclusion inquiétante : dans le désert post-nucléaire, les risques de cambriolage sont élevés. Merci de lire Canard PC, le journal de tous les scoops.

On y joue encore

No Man's Sky

On y joue enfin

Un espace infini à explorer ! Des planètes sublimes ! De la coop' avec vos amis ! Le retour de l'être aimé ! Un bon film Batman au cinéma ! Oui, en 2016, No Man's Sky avait fait beaucoup de promesses impossibles à tenir. Ses bugs en pagaille, ses performances désastreuses et sa génération procédurale absurde ne suffisaient pas : il fallait qu'en prime il y ait tromperie sur la marchandise. Pas de multi, pas de grandes batailles spatiales entre factions, pas de vaisseaux propres à chaque joueur, pas de bras, pas de chocolat : un vrai accident industriel en termes de communication. Mais tout ça, c'était il y a longtemps. Grâce à un suivi rigoureux et à des mises à jour robustes, No Man's Sky a beaucoup changé depuis sa sortie. Peut-être même au point de mériter une seconde chance.

Articles gratuits les plus récents

Gratuit cette semaine !

Gratuit cette semaine !