Le loup trimbale doucement sa carcasse dans la vallée. Une voix un peu pompeuse lui parle (d'une civilisation perdue, de ruines à explorer, de trésors à découvrir, bref, de sa mission), mais il n'écoute pas vraiment, il préfère observer le joli paysage, les papillons qui volent autour de lui, les oiseaux perchés un peu plus haut. En se faufilant par des recoins, le loup parvient à rejoindre une grande plaine d'herbes folles, où poussent quelques grands et beaux arbres. Ravi, le loup se met à courir à toute vitesse, il profite de ce grand espace et de ce beau paysage pour se dégourdir les pattes. Mais patatras, voilà que la voix pompeuse lui reparle : si le loup voulait bien procéder jusqu'à un point précis, ce serait bien aimable de sa part, merci bien. Là-bas, à l'ombre, sous les feuillages, une famille de grosses taupes attend le loup, qui comprend ce qu'il doit faire : ni une, ni deux, il se désintègre et se réincarne dans l'une des taupes. Laquelle se déplace certes plus lentement, mais peut tout de même passer dans des couloirs plus étroits et, surtout, creuser le sol. Cela lui permet de contourner aisément n'importe quel obstacle. Pratique. Deux réincarnations plus tard, c'est finalement en oiseau qu’il se transforme. L'animal s'envole, s'élance en battant des ailes pour progresser dans la vallée, vite entouré par toute une armée d'oiseaux multicolores.