392 Acheter
La version papier
Sortie en kiosque
le 1 mars 2019
Numéro actuel
Par L-F. Sébum | le 19 février 2019

Canard PC 392 : Édito

Édito

Aujourd'hui c'est bouclage, mais c'est aussi mardi. Combinaison dangereuse puisque le mardi, Ivan Le Fou, notre chef bien aimé, n'est pas là pour faire régner l'ordre. Et un bouclage sans ordre, c'est toujours risqué. Par exemple, à 16 h, il nous manquait encore des pages et pourtant la moitié de l'équipe était occupée à chercher des bouts de corde ou des passe-câbles et à discuter au calme du crime qu'elle était en train de préparer. « Il faudrait faire un nœud coulant. – Non non, la corde ne va pas tenir, et la poutre est trop large pour qu'on mette un passe-câble. – On n'a qu'à l'accrocher aux canalisations alors. – T'as pas peur qu'on casse tout quand on va taper dessus ? Parce qu'il va falloir cogner fort, quand même. » Quand il a commencé à y avoir des cris et des coups, on est quand même allé voir ce qui se passait, histoire de savoir quoi dire quand les flics finiraient par arriver. Mais il était trop tard. Accroché à une poutre, à moitié explosé, un âne multicolore pendouillait au dessus du bureau de Nico-de-Canard-PC-Hardware, dont le PC était recouvert de bonbons espagnols con frutas immangeables. « On l'a eu ! », criait monsieur Chat, une matraque à la main. Tout cela, comme d'habitude, était de la faute de Toto-la-déglingue, qui avait décidé de nous faire expédier une Piñata « parce que c'est rigolo ». « C'est rigolo mais c'est quand même dommage, l'aspirateur avait été passé ce matin », a précisé Kahn Lusth avec l'esprit pratique qui le caractérise – avant de coller un Post-it « c'était le dernier avertissement » sur la carcasse explosée qui pend désormais au milieu de la rédac. Maintenant il est 19 h, il manque encore des textes et les bureaux sont couverts de débris d'âne en carton, mais au moins, avec la quantité de gélatine chimique qu'on a ingurgitée, on n'a pas besoin de perdre du temps avec une pause sandwich. Comme quoi Toto a toujours de bonnes idées.

A la Une

Test

Apex Legends

Un peu de classes dans mon Battle Royale

Dossier

L’utilisation des jeux vidéo en centre de santé mentale

Quand Rocket League, Rayman et Street Fighter s’invitent dans un département de soins pour adolescents

La plupart du temps, on trouve réunis les termes « jeux vidéo » et « santé mentale » dans deux types de discours. Ceux qui suggèrent que les jeux peuvent entraîner addiction et perte de contrôle chez leurs utilisateurs – c’est d’ailleurs les grandes lignes de la définition proposée par l’Organisation mondiale de la santé pour ce qu’elle appelle le « trouble du jeu vidéo ». Les autres affirment que les jeux peuvent aussi faire office d’outil thérapeutique, dont nombre de psychologues se servent dans leur pratique. Comme souvent dans la vie, j’imaginais que la réalité se situait un peu entre les deux, mais je ne savais pas trop à quoi m’attendre en assistant à des ateliers jeux vidéo organisés par un département de soins pour adolescents en souffrance psychique. J’imaginais des jeunes contraints de jouer à des serious games dont ils ne se seraient même pas approchés avec un bâton en temps normal, ou encore des infirmiers dépassés par le nombre de câbles requis pour faire fonctionner une Wii U. Comme souvent dans la vie, j’avais tort.

Test

Metro : Exodus

Besoin de train, envie de toit

Puisque Metro : Exodus dépeint une traversée de la Russie post-nucléaire à bord d'un train, je tenais à marteler le thème du voyage dès le début de cet article. Hélas, l'étude des paroles – et l'écoute en boucle – de Voyage, voyage ne m'a pas aidé à trouver une accroche. Pire, je suis devenu obsédé par cette chanson au point qu'en allant acheter des rideaux l'autre jour, j'ai passé une heure à fredonner « Voilage, voilage ». Aspirants pigistes, soyez prévenus : écrire pour Canard PC rend zinzin.

Test

Apex Legends

Un peu de classes dans mon Battle Royale

C'est de sa botte magique que Respawn Entertainment nous a sorti Apex Legends. Développé en secret par le studio californien, cet énième battle royale gratos n'a bénéficié d'aucun plan marketing classique, d'aucune annonce. Pas même un pauvre spot de pub à quatre heures du matin sur M6. Et pourtant le succès a été immédiat, avec des pointes de fréquentation dépassant le million de joueurs.

Rétro

Delta Force

À la guerre comme à naguère

Les FPS des années 1990, c'est le moins qu'on puisse dire, n'étaient pas très portés sur les grands espaces. Wolfenstein 3D a pour décor un château, Doom se déroule dans les profondeurs de l'Enfer, Quake aux tréfonds d'une dimension glauque où le ciel bas et lourd pèse comme un couvercle texturé en 64 × 64 pixels. Pour des raisons à la fois techniques (le hardware de l'époque ne pouvait pas afficher des décors très ouverts) et culturelles (le FPS, dont le premier avatar sérieux avait pour nom Catacomb 3-D, est un descendant du dungeon crawler), on y explorait plus volontiers des couloirs obscurs que des prairies ensoleillées. Même dans les rares lieux un peu plus aérés, comme les villes de Duke Nukem 3D, les distances de vue et de tir restaient faibles : on se battait toujours dans un mouchoir de poche. Tout du moins jusqu'en 1998, quand un développeur du nom de NovaLogic s'est mis en tête de créer un FPS militaire.

Dossier

L’utilisation des jeux vidéo en centre de santé mentale

Quand Rocket League, Rayman et Street Fighter s’invitent dans un département de soins pour adolescents

La plupart du temps, on trouve réunis les termes « jeux vidéo » et « santé mentale » dans deux types de discours. Ceux qui suggèrent que les jeux peuvent entraîner addiction et perte de contrôle chez leurs utilisateurs – c’est d’ailleurs les grandes lignes de la définition proposée par l’Organisation mondiale de la santé pour ce qu’elle appelle le « trouble du jeu vidéo ». Les autres affirment que les jeux peuvent aussi faire office d’outil thérapeutique, dont nombre de psychologues se servent dans leur pratique. Comme souvent dans la vie, j’imaginais que la réalité se situait un peu entre les deux, mais je ne savais pas trop à quoi m’attendre en assistant à des ateliers jeux vidéo organisés par un département de soins pour adolescents en souffrance psychique. J’imaginais des jeunes contraints de jouer à des serious games dont ils ne se seraient même pas approchés avec un bâton en temps normal, ou encore des infirmiers dépassés par le nombre de câbles requis pour faire fonctionner une Wii U. Comme souvent dans la vie, j’avais tort.

Test

Metro : Exodus

Besoin de train, envie de toit

Puisque Metro : Exodus dépeint une traversée de la Russie post-nucléaire à bord d'un train, je tenais à marteler le thème du voyage dès le début de cet article. Hélas, l'étude des paroles – et l'écoute en boucle – de Voyage, voyage ne m'a pas aidé à trouver une accroche. Pire, je suis devenu obsédé par cette chanson au point qu'en allant acheter des rideaux l'autre jour, j'ai passé une heure à fredonner « Voilage, voilage ». Aspirants pigistes, soyez prévenus : écrire pour Canard PC rend zinzin.

Test

Apex Legends

Un peu de classes dans mon Battle Royale

Test

Apex Legends

Un peu de classes dans mon Battle Royale

C'est de sa botte magique que Respawn Entertainment nous a sorti Apex Legends. Développé en secret par le studio californien, cet énième battle royale gratos n'a bénéficié d'aucun plan marketing classique, d'aucune annonce. Pas même un pauvre spot de pub à quatre heures du matin sur M6. Et pourtant le succès a été immédiat, avec des pointes de fréquentation dépassant le million de joueurs.

Rétro

Delta Force

À la guerre comme à naguère

Les FPS des années 1990, c'est le moins qu'on puisse dire, n'étaient pas très portés sur les grands espaces. Wolfenstein 3D a pour décor un château, Doom se déroule dans les profondeurs de l'Enfer, Quake aux tréfonds d'une dimension glauque où le ciel bas et lourd pèse comme un couvercle texturé en 64 × 64 pixels. Pour des raisons à la fois techniques (le hardware de l'époque ne pouvait pas afficher des décors très ouverts) et culturelles (le FPS, dont le premier avatar sérieux avait pour nom Catacomb 3-D, est un descendant du dungeon crawler), on y explorait plus volontiers des couloirs obscurs que des prairies ensoleillées. Même dans les rares lieux un peu plus aérés, comme les villes de Duke Nukem 3D, les distances de vue et de tir restaient faibles : on se battait toujours dans un mouchoir de poche. Tout du moins jusqu'en 1998, quand un développeur du nom de NovaLogic s'est mis en tête de créer un FPS militaire.

Nos articles gratuits

A venir

Stone Story

Un jeu qui a du caractère

A venir

Stone Story

Un jeu qui a du caractère

Pendant que les grands éditeurs brûlent des fortunes pour obtenir des graphismes photoréalistes, certains studios optent pour une approche plus humble. Depuis près de cinq ans, Gabriel Santos cisèle, lettre après lettre, un jeu tout en ASCII d'une beauté surprenante, qui nous intrigue beaucoup chez Canard PC. Zieuter le projet avec incrédulité a fini par payer : le mois dernier, on a enfin réussi à poser nos pattes sur cet objet bizarre qui tente de repousser les limites du jeu de rôle en même temps que celles du tolérable pour les yeux.

A venir

Call of Cthulhu

Poulpe Fiction

Depuis qu'un ami m'a écrit adorer Lovecraft et en particulier Call of Chutlu (sic), je ne peux pas m'empêcher de penser que le vieux H. P. est passé à côté d'une mine d'or : Chutlu, le petit poney mignon, dont l'appel est une charmante comptine qui résonne dans les plaines verdoyantes. Les chaînes de télé pour enfants se seraient arraché le concept à prix d'or. Alors que Call of Cthulhu là, excusez-moi mais ça ferait un dessin animé absolument nul pour la catégorie des 4 à 6 ans. Écrivains, réfléchissez deux minutes avant de nommer vos créations.

A venir

Assassin's Creed Odyssey

Une suite à la saveur doux-Homère

Seul contre tous dans une rédaction blasée, je persiste à penser qu'Assassin's Creed Origins est un chef-d'œuvre, le meilleur épisode de la franchise, et la preuve qu'Ubisoft commence enfin à sortir la tête de l'eau après six ans à nous avoir sorti des ribambelles de jeux « corrects, mais pas top ». Alors si l'éditeur nous propose peu ou prou la même qualité d'aventure dans la Grèce antique, je signe tout de suite.

Dossier

Le jeu vidéo en prison

La grande évasion

Dans une salle de spectacle où règne un silence religieux, une petite dizaine de personnes s’affrontent à tour de rôle sur Fifa 18. Entre chaque match, des observateurs se fendent d’un petit commentaire sur les tactiques des participants, d’un conseil avisé (« Prends l’Allemagne, c’est eux qui vont gagner la Coupe cette année »), d’une plaisanterie teintée de régionalisme breton (« Choisis plutôt Guingamp, allez ») ou d’un pronostic. Parfois, un cri de joie vient troubler la profonde quiétude de l’événement, qui ressemblerait finalement à n’importe quel tournoi Fifa s’il ne se déroulait pas dans le quartier socio-culturel d’une prison.

A venir

Stone Story

Un jeu qui a du caractère

A venir

Stone Story

Un jeu qui a du caractère

Pendant que les grands éditeurs brûlent des fortunes pour obtenir des graphismes photoréalistes, certains studios optent pour une approche plus humble. Depuis près de cinq ans, Gabriel Santos cisèle, lettre après lettre, un jeu tout en ASCII d'une beauté surprenante, qui nous intrigue beaucoup chez Canard PC. Zieuter le projet avec incrédulité a fini par payer : le mois dernier, on a enfin réussi à poser nos pattes sur cet objet bizarre qui tente de repousser les limites du jeu de rôle en même temps que celles du tolérable pour les yeux.

A venir

Call of Cthulhu

Poulpe Fiction

Depuis qu'un ami m'a écrit adorer Lovecraft et en particulier Call of Chutlu (sic), je ne peux pas m'empêcher de penser que le vieux H. P. est passé à côté d'une mine d'or : Chutlu, le petit poney mignon, dont l'appel est une charmante comptine qui résonne dans les plaines verdoyantes. Les chaînes de télé pour enfants se seraient arraché le concept à prix d'or. Alors que Call of Cthulhu là, excusez-moi mais ça ferait un dessin animé absolument nul pour la catégorie des 4 à 6 ans. Écrivains, réfléchissez deux minutes avant de nommer vos créations.

A venir

Assassin's Creed Odyssey

Une suite à la saveur doux-Homère

Seul contre tous dans une rédaction blasée, je persiste à penser qu'Assassin's Creed Origins est un chef-d'œuvre, le meilleur épisode de la franchise, et la preuve qu'Ubisoft commence enfin à sortir la tête de l'eau après six ans à nous avoir sorti des ribambelles de jeux « corrects, mais pas top ». Alors si l'éditeur nous propose peu ou prou la même qualité d'aventure dans la Grèce antique, je signe tout de suite.

Dossier

Le jeu vidéo en prison

La grande évasion

Dans une salle de spectacle où règne un silence religieux, une petite dizaine de personnes s’affrontent à tour de rôle sur Fifa 18. Entre chaque match, des observateurs se fendent d’un petit commentaire sur les tactiques des participants, d’un conseil avisé (« Prends l’Allemagne, c’est eux qui vont gagner la Coupe cette année »), d’une plaisanterie teintée de régionalisme breton (« Choisis plutôt Guingamp, allez ») ou d’un pronostic. Parfois, un cri de joie vient troubler la profonde quiétude de l’événement, qui ressemblerait finalement à n’importe quel tournoi Fifa s’il ne se déroulait pas dans le quartier socio-culturel d’une prison.

Articles gratuits les plus récents

Gratuit cette semaine !

Articles gratuits les plus récents

Gratuit cette semaine !

Inscrivez-vous

S'incrire

Faites-vous offrir des articles par vos amis abonnés ! Pas d'amis ? Chouinez pour qu'ils deviennent gratuit !

Créer un compte

Déjà inscrit ? Se connecter

Abonnez-vous

S'abonner

Accédez au contenu premium, offrez des articles à vos amis, votez pour rendre gratuits certains articles et plein d'autres choses

S'abonner

Déjà inscrit ? Se connecter

Commandez le numéro

Commander

Vous pouvez commander ce numéro de Canard PC en papier sur notre boutique et le recevoir chez vous.

Le Commander

Déjà inscrit ? Se connecter

Les anciens numéros de Canard PC

Dans la Communauté