Allez, bim, mort. Encore mort. Ah, attention, je vais peut-être réussir à choper un rocket launcher et... Non, mort, un mec vient de me sauter dessus et m'empaler avec sa mitrailleuse à clous rouillés en moins de 0,3 seconde. Débuter à Quake Champions est une longue agonie. Sur ce bêta-test, en l'absence de tout matchmaking prenant en compte le niveau des joueurs, je me suis retrouvé avec des dieux vivants du railgun qui ont cumulé 2 000 heures sur Quake III Arena et probablement le double sur Quake Live. Vous vous souvenez de Quake Live ? Moi non plus. C'était une tentative de recycler Q3A en version e-sport free-to-play. Quake Champions reprend exactement le même principe, mais en fournissant plus d'efforts. Il propose tout l'attirail Quake : les armes habituelles de la franchise, le strafe jump, le rocket jump, les armures rouges et vertes, le quad damage, des cartes fortement inspirées d'un best-of de Quake III Arena, des décors ressemblant à une pochette d'album de death metal des années 1980... Mais cette fois-ci, les personnages n'ont plus des caractéristiques identiques. Id Software a créé neuf champions qui diffèrent par leurs points de vie, leur armure, leur vitesse de déplacement et disposent tous d'un pouvoir actif (touche F pour le déclencher) et passif. Je vous renvoie à l'encadré « Le bestiaire » pour plus de détails.