C'est le rêve de toute une génération, ou en tout cas c'est le mien : abîmer les niveaux méticuleusement conçus, avec amour et larmes, par les créateurs de jeux vidéo. Dans Semblance, c'est même le but (ce qui signifie que ces niveaux ont été soigneusement conçus pour être détruits, autrement dit que je tombe dans le piège du concepteur que je suis à la lettre, loin de mes velléités de subversion, mais bon, tant pis). Combien de fois, dans un jeu de plateforme, vous êtes-vous dit « ah, si seulement cette plateforme était juste un peu plus haute, je pourrais attraper ce point de vie sans avoir à faire un détour dans la moitié du niveau » ? Eh bien, dans Semblance (qui évoque de bons souvenirs de The Floor is Jelly), il suffit de donner un coup dans la plateforme pour la remodeler. Et puis, pourquoi s'arrêter en si bon chemin ? Tapez tant que vous voulez, ça continuera à se déformer, jusqu'à rendre accessibles des bonus jusqu'alors hors de portée, et à ouvrir des portes qui semblaient condamnées à jamais. Semblance introduit des variations sur ce principe de base, qui laissent entrevoir énormément de possibilités dans le jeu complet, avec des puzzles complexes, des plateformes à former (qui, si vous vous tenez dessus, pourront vous projeter en l'air) plutôt qu'à déformer... Après cette démo Gamescom très prometteuse, j'attends désormais le jeu de pied ferme.