Bienvenue sur Dark Water ! Il fait nuit, il y a une baleine tueuse (mais morte, du coup beaucoup moins efficace comme tueuse) échouée sur un ponton, un seul bar et visiblement pas grand monde qui souhaite vous payer une tournée. Vous êtes Edward Pierce, et si vous vous trouvez en ce lieu, c'est que vous avez reçu une mystérieuse peinture d'une certaine Sarah Hawkins. Encore plus curieux : la dame Hawkins est décédée, ainsi que toute sa famille, dans l'incendie de sa maison sur l'île. Vous décidez d'enquêter (bénévolement, apparemment, ce qui conforte ma décision de ne pas devenir détective privé quand je serai grand) sur ce malheureux accident. La bonne idée de Cyanide pour adapter le jeu de rôle Call of Cthulhu, c'est de vous laisser une totale liberté d'enquête : vous pouvez aller payer des coups au bar, amadouer les autochtones et tenter d'obtenir des informations, vous pouvez discuter avec les représentants locaux des forces de l'ordre (pour l'instant surtout occupés à tenter de remettre à l'eau la fameuse baleine), vous balader dans la ville, peu importe : d'une façon ou d'une autre, vous parviendrez à progresser. L'histoire, elle, devrait peu varier d'un joueur à l'autre. « Ce qui change, c'est la compréhension que vous aurez du jeu, on peut parvenir à la fin sans tout comprendre », m'explique le présentateur de Call of Cthulhu chez Cyanide. Cela dit, l'arrivée sur Dark Water n'est pas forcément un modèle de subtilité : la baleine semble avoir été tuée par un monstre inconnu (?), les poivrots du bar pourraient cacher un lourd secret (??), Pierce a une hallucination (???) en explorant un souterrain...