Tower of Time commence de façon on ne peut plus classique. Dans un pays frappé par une étrange malédiction, un jeune garçon découvre l'entrée d'une tour en ruine où l'attend un étrange trône. Par la grâce d'une ellipse, nous voici vingt ans plus tard, alors que notre héros revient visiter la ruine qui l'obsède depuis tant d'années, et dont il a fini par comprendre qu'elle n'est que l'entrée d'une gigantesque tour retournée et plantée dans le sol. Mais au lieu de prendre une épée, un arc ou une baguette magique et de faire office de protagoniste, ce grand couillon se contente de s'asseoir sur le trône, depuis lequel il dirige à distance une équipe de héros mercenaires dont il peut suivre la progression, je cite, « comme s'il était un fantôme au-dessus de leurs têtes ». Cette petite brèche dans le quatrième mur n'est que la première subversion de Tower of Time.