Toute sa vie, Rourke s’est entraîné pour devenir tireur d’élite. Ce n’est pas une figure de style : comme tous ses petits copains, Rourke a été incubé dans un complexe militaire souterrain, où il a été élevé et où on lui a inculqué le respect du Général Père, de l’autorité et de la guerre. Évidemment, il n’attend qu’une chose : sa première mission, où il pourra enfin faire ses preuves. Coup de pot : pour lui ce sera demain, alors comme il est sage, il part se coucher tôt. Le lendemain, pendant que son unité explore des marécages, Rourke s’installe dans son nid de sniper et abat quelques cibles. Mission réussie ! Hélas, Rourke se rend compte par hasard qu’il n’a abattu que des civils (tout comme ses petits camarades) et que son unité, qui porte de faux uniformes, n’est qu’un groupe de mercenaires embauché pour provoquer une guerre. Patatras ! C’est tout l’équilibre mental de notre brave héros qui s’effondre, et il décide de s’enfuir. Bon, si je me permets de vous divulgâcher tout ça d’emblée, c'est parce que tout ça n'est qu’un flashback, le jeu commençant par la fin, alors que Rourke est déjà dans la résistance, c’est-à-dire le lendemain. On passe donc la première heure de jeu à prendre son personnage pour un idiot profond, ce qui n’aide pas à créer des liens d’empathie avec sa situation.