Qu’est-ce qu’on peut faire avec 50 000 dollars et un pavillon de banlieue ? Une grande fête ? Une résidence secondaire ? Et pourquoi pas un film, comme l’a fait James Ward Byrkit ? Avec seulement 50 000 euros, une maison (la sienne) et huit acteurs, il a réalisé l’un des meilleurs films à microbudget de ces dernières années. Le pitch, comme disent les amateurs de brioches, est simple : huit amis de longue date décident d’organiser un grand dîner. Manque de chance, ce soir-là, une mystérieuse comète traverse le ciel de San Francisco. Les plombs sautent. Deux convives décident de sortir demander de l’aide à la seule maison du voisinage encore éclairée. Dehors, quelqu’un rôde. L’un des invités ? Un inconnu ? Y a-t-il une différence ? Long d’à peine une heure trente, Coherence est un huis-clos métaphysique absolument génial, qui prouve qu’il n’y a pas besoin de millions de dollars et d’After Effects pour faire un bon film de SF quand on a un scénario et de bons acteurs.