Maya se hâte, Maya se dépêche : elle a une semaine pour livrer un mystérieux colis dans un pays lointain et isolé, la République de Crabe. Sorte de Bhoutan insulaire, le pays n’a pas pour habitude de faire bon accueil aux étrangers, et il ne délivre chaque année que très peu de visas. Maya, livreuse de profession et ethnoanthroplogue amatrice, documente son voyage. Elle prend des notes, dessine la faune et la flore, décrit longuement les nourritures consommées par les Escrabes, les saisons ou les légendes locales. Ces observations, regroupées dans de grandes planches sur fond jaune, émaillent le récit de ses aventures et viennent lui donner une dimension supplémentaire. Elle affronte quelques péripéties, se fait dévorer par les moustiques, tombe malade, rencontre des gens gentils et d’autres moins. On tremble avec elle : va-t-elle arriver à temps ? Mais malgré l’urgence, on suspend régulièrement sa lecture de la BD et on s’arrête sur ces planches. Parce qu’il y a autant de plaisir à lire Voyage en République de Crabe qu’à rêver du monde qu'il nous décrit, à imaginer le goût de l’oignon d’eau, le son de l’alcibias ou l’odeur du cendris des marais.