Certes, le titre de cette série n’est pas très bien choisi. On imagine une histoire pourrie de trafiquants de Chicken McNuggets. Et les premiers épisodes sont un peu lents, parce qu’on s’attarde sur la famille d’un milliardaire russe exilé à Londres. Mais lorsque McMafia a enfin décollé, elle m’a captivé. La série raconte les errements d’un jeune banquier faisant ses premiers pas, malgré lui, dans l’univers des barons mondiaux de la drogue. Les gangsters y sont en costume cravate, ils ont leurs entrées au Kremlin ou à la Knesset, mais n’hésitent pas à s’entretuer au moindre chagrin. La première saison m’a fait penser à une sorte de Breaking Bad de la grande criminalité internationale, avec en prime un acteur principal – James Norton, pressenti pour devenir le nouveau James Bond – tellement beau et classe que je pourrais boire l’eau de son bain.