Neo Cab se déroule à Los Ojos, une ville futuriste gérée par Capra, une mégacorporation automatisée. Autrement dit, le paradis des milliardaires de la Silicon Valley. Dans cet environnement peu accueillant, vous dirigez Lina, l’une des dernières chauffeuses de taxi humaines, qui tente tant bien que mal de joindre les deux bouts et en même temps de chercher ce qui a bien pu arriver à son amie Savy. Concrètement, il ne s’agit pas de conduire dans Los Ojos, mais de gérer votre carrière et vos clients : vous choisissez vos prochaines courses sur la carte, puis vous discutez avec vos passagers. Selon ce que vous leur dites, vous gagnez plus ou moins d’argent et votre note évolue (bien entendu, chaque passager vous note sur cinq étoiles). Mais vos options de dialogue sont elles-mêmes conditionnées par votre humeur du moment, qui dépend en grande partie de vos discussions. Autrement dit, il faut bien faire gaffe à ce qu’on raconte, surtout qu’obtenir une note maximale est indispensable pour résoudre le mystère au cœur du jeu. Avec sa direction artistique toute de néon et de violet et son scénario qui tourne autour de l’intelligence artificielle, Neo Cab manque peut-être d’un soupçon d’originalité, mais on fait confiance à l’équipe (où l’on retrouve une partie des scénaristes de Where the Water tastes like Wine) pour créer une aventure cinq étoiles.