Ooblets, ça fait un moment qu’on le surveille du coin de l’œil. Il faut dire que le duo de développeurs déploie des trésors d’astuce pour nous faire frétiller les rétines. Regroupés sous la bannière Glumberlands, Rebecca Cordingley et Ben Wasser, son époux, ont, depuis le début du développement, mis le paquet sur les graphismes et les animations. Depuis des mois, à intervalles réguliers, le compte Twitter d’Ooblets se peuple de simili-radis qui dansent en 3D, de proto-navets qui bootyshakent avec leurs fanes et de poireaux mignons qui maîtrisent le moonwalk. Au départ, Ooblets était une sorte de Stardew Valley – vous arrivez dans une nouvelle ville pour prendre la tête d’une petite exploitation agricole. Mais au fil des mois, et après que Double Fine a mis le grappin dessus en tant qu’éditeur, le petit studio s’est demandé comment exploiter ces mouvements mimis à mort. Eh bien, la solution était simple : au lieu d’organiser des sortes de combats de pokémons entre vos laitues et les radis du voisin, votre petit personnage humain s’occupera de les envoyer participer à des battles de danse. Et je vois mal quel genre de monstre pourrait résister à un tel projet.