L’habit ne fait pas le moine et le titre ne fait pas le livre. Poorly Drawn Lines n’est pas mal dessiné : il fait simplement le pari de la simplicité. Kevin, Ernesto et les autres sont des animaux anthropomorphes nés dans l’esprit génial de Reza Farazmand. Depuis plus de dix ans maintenant, des ours, des oiseaux, des abeilles ou des chats dialoguent, parfois entre eux, parfois avec des humains. En quelques cases – de ses origines de BD de journal estudiantin devenu webcomic avant d’accéder à de belles éditions papier, Poorly Drawn Lines conserve une tendance à la concision –, des situations prennent vie, et vos abdominaux se contractent sans que vous l’ayez vu venir : l’humour pince-sans-rire fait des ravages sur les cas les plus sévères de tristesse et de dépression, et l’absurdité douce-amère de certaines cases donne le sentiment de devenir plus intelligent de minute en minute.