Ça y est. Le 21 août 2018, six ans après l'annonce initiale, j'ai enfin pu jouer à Mount & Blade 2 : Bannerlord. Beaucoup d’émotions, et une épiphanie : Bannerlord, c'est exactement le même jeu que Mount & Blade : Warband. D'accord, il est bien plus séduisant que ses ancêtres sous DirectX7 (mention spéciale pour les intérieurs éclairés à la torche et le désert avec ses nuages de poussière). D'accord, tout un tas de petites trouvailles viennent faciliter la vie du joueur, par exemple la possibilité de parler à tous les personnages importants d'une ville en un clic. D'accord, la montée de niveau octroie désormais des points qui influent uniquement sur la facilité d'apprentissage des compétences, lesquelles filent désormais des perks : investir des points en archerie permet donc d'apprendre plus vite à tirer à l'arc, ce qui fera plus vite atteindre un palier où choisir (par exemple) entre un bonus de dégâts ou un meilleur zoom lors de la visée. Mais à part ces améliorations marginales, il s’agit exactement du même jeu, avec les mêmes lignes de dialogue, les mêmes quêtes, les mêmes options de combat. Du rab’ de Warband en plus beau, pour lequel on signe quand même des deux mains. Interrogés sur une éventuelle date de sortie (mais ça ne fait que six ans que vous bossez dessus les gars, pas de précipitation), les développeurs ont esquivé en laissant planer la possibilité d’un accès anticipé. Dans leurs yeux éteints se lisait toute la détresse d’avoir à répondre à cette même question tous les jours depuis 2012.