Il y a des métiers où il vaut mieux ne pas trop se planter. Imaginons par exemple que vous soyez juge à Paris après la Révolution française et que vous condamniez Louis XVI à une éternité en prison plutôt qu'à se faire couper la tête. Quelle tête croyez-vous que le peuple réclamera ? La vôtre, bien sûr, et celle de Louis avec pour faire joli. Dans We. The Revolution, pas de chance, vous êtes ce juge. Chaque jour, un nouveau procès vous attend : vous étudiez les preuves, préparez des questions en reliant des éléments entre eux (l'interface rappelle assez fortement Papers, Please), et vous interrogez le futur condamné qui se dresse face à vous. Bien sûr, vous êtes libre de vos décisions... mais pas tant que ça : chaque question influence le jury et l'opinion du peuple, et mieux vaut rester en ligne avec eux. Une fois l'accusé décapité (ou, parfois, envoyé en prison voire libéré, si vous vous débrouillez vraiment bien ou que vous êtes suicidaire) vient le moment de passer une petite soirée détente en jouant aux dés ou en infiltrant vos espions dans les quartiers de Paris. Le lendemain, on remet ça, mais attention : parfois, l'accusé est une célébrité, ou lié à un homme politique puissant, qu'il vaut mieux ne pas fâcher. Décidément, il y a des métiers et des périodes de l'Histoire où il vaut mieux ne pas trop se planter.