Ahh, le fameux rôle de leader… Le moins que l'on puisse dire, c'est que dans les jeux en ligne, ça se bouscule rarement au portillon pour prendre cette responsabilité. J'ai le souvenir d'heures entières de palabres sur Arma 3 pour savoir qui allait bousiller trois heures à diriger quarante clampins. DansTeam Fortress 2, lorsque je faisais partie d'une petite équipe compétitive, j'ai entendu un capitaine d'équipe, dans un débriefing de match, au bord de la crise de larmes, expliquer qu'il démissionnait, car il n'avait pas assez d'énergie mentale pour diriger tout le monde. Dans Playerunknown's Battlegrounds, j'ai côtoyé de braves gens qui préféraient s'engueuler à chaque fusillade (« mais non purée, faut aller vers la gauche là, y a des ennemis à droite je vous l'ai dit il y a deux minutes bordel ! ») plutôt que de nommer un capitaine. Récemment, Post Scriptum, le shoot 39-45 des Bretons de Periscope Games, m'a replongé dans ces problèmes. Très orienté teamplay, très tactique, avec plusieurs échelons de commandement, il est extrêmement dépendant de la qualité des joueurs qui endossent courageusement les rôles de leaders. Résultat, beaucoup se déconnectent dès que le serveur leur attribue le grade de sergent.