Réédité jusque dans les années 1990 et sous divers nomsNote : 1, Downforce nous fait clairement comprendre qu'il date d'une autre époque. Dès l'ouverture de la boîte, on retrouve en effet le charme désuet des jeux d'antan, que ce soit grâce aux illustrations qui évoquent plus volontiers Ayrton Senna que Lewis Hamilton, ou son plateau qui semble avoir été dessiné il y a plusieurs dizaines d'années. Mais surtout, on est frappé par le gigantisme du matériel, avec ces pions en forme de voitures qui sont plus gros qu'une pièce d'un euro et surtout, ce plateau de jeu à six volets qui ne doit pas être loin de faire un mètre de large. Un choix curieux, car le jeu pourrait sans doute être vendu à un prix bien plus compétitif en réduisant sa taille d'un bon tiers et ce, sans sacrifier sa lisibilité. Et une fois tout ce matos éparpillé sur la table du salon, qu'est-ce qu'on fait ? On fait faire des tours de circuit à une voiture qu'on déplace en imitant des bruits de moteur à la bouche, comme ces joueurs un peu trop avinés. Ou bien on distribue quelques tapes sur les mains parce que, merde, on ne va pas y passer la nuit.

Note 1 : Top Race, Niki Lauda's Formel 1, Daytona 500...