392
Dossier
Contenu Premium
Accessible uniquement aux abonnés

L’utilisation des jeux vidéo en centre de santé mentale

Quand Rocket League, Rayman et Street Fighter s’invitent dans un département de soins pour adolescents

La plupart du temps, on trouve réunis les termes « jeux vidéo » et « santé mentale » dans deux types de discours. Ceux qui suggèrent que les jeux peuvent entraîner addiction et perte de contrôle chez leurs utilisateurs – c’est d’ailleurs les grandes lignes de la définition proposée par l’Organisation mondiale de la santé pour ce qu’elle appelle le « trouble du jeu vidéo ». Les autres affirment que les jeux peuvent aussi faire office d’outil thérapeutique, dont nombre de psychologues se servent dans leur pratique. Comme souvent dans la vie, j’imaginais que la réalité se situait un peu entre les deux, mais je ne savais pas trop à quoi m’attendre en assistant à des ateliers jeux vidéo organisés par un département de soins pour adolescents en souffrance psychique. J’imaginais des jeunes contraints de jouer à des serious games dont ils ne se seraient même pas approchés avec un bâton en temps normal, ou encore des infirmiers dépassés par le nombre de câbles requis pour faire fonctionner une Wii U. Comme souvent dans la vie, j’avais tort.

Article réservé aux abonnés S'abonner

Attention : Vous n'avez pas accès à cette partie du site

Article premium réservé aux abonnés

Inscrivez-vous

S'incrire

Faites-vous offrir des articles par vos amis abonnés ! Pas d'amis ? Chouinez pour qu'ils deviennent gratuit !

Créer un compte

Déjà inscrit ? Se connecter

Abonnez-vous

S'abonner

Accédez au contenu premium, offrez des articles à vos amis, votez pour rendre gratuits certains articles et plein d'autres choses

S'abonner

Déjà inscrit ? Se connecter

Commandez le numéro

Commander

Vous pouvez commander ce numéro de Canard PC en papier sur notre boutique et le recevoir chez vous.

Le Commander

Déjà inscrit ? Se connecter

Nos articles gratuits

A venir

Stone Story

Un jeu qui a du caractère

A venir

Stone Story

Un jeu qui a du caractère

Pendant que les grands éditeurs brûlent des fortunes pour obtenir des graphismes photoréalistes, certains studios optent pour une approche plus humble. Depuis près de cinq ans, Gabriel Santos cisèle, lettre après lettre, un jeu tout en ASCII d'une beauté surprenante, qui nous intrigue beaucoup chez Canard PC. Zieuter le projet avec incrédulité a fini par payer : le mois dernier, on a enfin réussi à poser nos pattes sur cet objet bizarre qui tente de repousser les limites du jeu de rôle en même temps que celles du tolérable pour les yeux.

Je vis des hauts et des bas

De l'art de commander en ligne

(des joueurs hein, pas des pizzas)

N'en déplaise aux hippies fumeurs de Marie-Jeanne et autres chevelus récalcitrants à l'autorité, il faut parfois un leader dans les jeux multijoueurs. Mais bon dieu, que ce rôle est pénible. Ardu, épuisant, ingrat, j'ai toujours vu l'exercice du commandement comme une punition, une purge, une torture qui durera le temps de la soirée. Et l'immense majorité des joueurs semble du même avis. Alors que faire lorsque les camarades et la malchance nous posent des galons sur les épaulettes ?

A venir

Call of Cthulhu

Poulpe Fiction

Depuis qu'un ami m'a écrit adorer Lovecraft et en particulier Call of Chutlu (sic), je ne peux pas m'empêcher de penser que le vieux H. P. est passé à côté d'une mine d'or : Chutlu, le petit poney mignon, dont l'appel est une charmante comptine qui résonne dans les plaines verdoyantes. Les chaînes de télé pour enfants se seraient arraché le concept à prix d'or. Alors que Call of Cthulhu là, excusez-moi mais ça ferait un dessin animé absolument nul pour la catégorie des 4 à 6 ans. Écrivains, réfléchissez deux minutes avant de nommer vos créations.

A venir

Assassin's Creed Odyssey

Une suite à la saveur doux-Homère

Seul contre tous dans une rédaction blasée, je persiste à penser qu'Assassin's Creed Origins est un chef-d'œuvre, le meilleur épisode de la franchise, et la preuve qu'Ubisoft commence enfin à sortir la tête de l'eau après six ans à nous avoir sorti des ribambelles de jeux « corrects, mais pas top ». Alors si l'éditeur nous propose peu ou prou la même qualité d'aventure dans la Grèce antique, je signe tout de suite.

A venir

Stone Story

Un jeu qui a du caractère

A venir

Stone Story

Un jeu qui a du caractère

Pendant que les grands éditeurs brûlent des fortunes pour obtenir des graphismes photoréalistes, certains studios optent pour une approche plus humble. Depuis près de cinq ans, Gabriel Santos cisèle, lettre après lettre, un jeu tout en ASCII d'une beauté surprenante, qui nous intrigue beaucoup chez Canard PC. Zieuter le projet avec incrédulité a fini par payer : le mois dernier, on a enfin réussi à poser nos pattes sur cet objet bizarre qui tente de repousser les limites du jeu de rôle en même temps que celles du tolérable pour les yeux.

Je vis des hauts et des bas

De l'art de commander en ligne

(des joueurs hein, pas des pizzas)

N'en déplaise aux hippies fumeurs de Marie-Jeanne et autres chevelus récalcitrants à l'autorité, il faut parfois un leader dans les jeux multijoueurs. Mais bon dieu, que ce rôle est pénible. Ardu, épuisant, ingrat, j'ai toujours vu l'exercice du commandement comme une punition, une purge, une torture qui durera le temps de la soirée. Et l'immense majorité des joueurs semble du même avis. Alors que faire lorsque les camarades et la malchance nous posent des galons sur les épaulettes ?

A venir

Call of Cthulhu

Poulpe Fiction

Depuis qu'un ami m'a écrit adorer Lovecraft et en particulier Call of Chutlu (sic), je ne peux pas m'empêcher de penser que le vieux H. P. est passé à côté d'une mine d'or : Chutlu, le petit poney mignon, dont l'appel est une charmante comptine qui résonne dans les plaines verdoyantes. Les chaînes de télé pour enfants se seraient arraché le concept à prix d'or. Alors que Call of Cthulhu là, excusez-moi mais ça ferait un dessin animé absolument nul pour la catégorie des 4 à 6 ans. Écrivains, réfléchissez deux minutes avant de nommer vos créations.

A venir

Assassin's Creed Odyssey

Une suite à la saveur doux-Homère

Seul contre tous dans une rédaction blasée, je persiste à penser qu'Assassin's Creed Origins est un chef-d'œuvre, le meilleur épisode de la franchise, et la preuve qu'Ubisoft commence enfin à sortir la tête de l'eau après six ans à nous avoir sorti des ribambelles de jeux « corrects, mais pas top ». Alors si l'éditeur nous propose peu ou prou la même qualité d'aventure dans la Grèce antique, je signe tout de suite.

Articles gratuits les plus récents

Gratuit cette semaine !

Gratuit cette semaine !