Vous faites des jeux vidéo ? Vous devriez développer un jeu sur les taxis, tiens. Pas un truc comme fait Luc Besson, hein, un truc vrai, qui sente le macadam, l’asphalte, la rue, quoi, avec l’ennui aussi, et les longues courses avec des gens bizarres. Et puis, mettez un meurtre. Ouais, un vrai meurtre. Des fois, je prends des passagers dans mon taxi, et je me dis qu’ils sont pas nets. C’est pour ça, la plupart du temps, je reste silencieux, on sait pas sur qui on tombe. Enfin bon, je suis pas bégueule, si le client veut qu’on cause, alors on cause. Vous avez entendu ? Il paraît qu’il y a un tueur en série dans Paris. Maintenant, je fais gaffe. Vous, vous avez l’air sympa. Je vais vous faire une confidence, mais faut la garder pour vous. Je crois que je l’ai vu, le tueur. Je crois qu’il a déjà pris mon taxi, même. Depuis, y a cette femme, cette flic. Elle me lâche pas, elle veut que je continue de prendre des clients, elle est persuadée que le tueur va revenir, et que je peux l’aider à le coffrer. Comme si j’avais déjà pas assez de boulot à essayer de payer les factures. Depuis, je dors à peine. La nuit, je roule. Vous savez, c’est facile maintenant, y a qu’à suivre le trajet. Moi, je fais rien, c’est la bagnole qui fait tout. Alors, je discute, je croise de drôles de numéros dans votre genre. Et puis après, je rentre chez moi, j’essaye de recoller les morceaux du puzzle, parce que je suis sûr qu’elle a pas tort, la flic. Y a un truc qui tourne pas rond dans le coin.