Il y a quelques années, j'étais tombé sur un documentaire où un spécialiste de biologie évolutive évoquait les différences entre les règnes animal et végétal. « Dans la course à l'évolution, les plantes et les animaux courent chacun dans une direction opposée. » On pourrait dire la même chose de Brutal Doom et de Doom Remake. Partis atteindre le même objectif, moderniser Doom pour le rendre agréable aux joueurs du XXIe siècle, ils ont choisi deux voies radicalement opposées. Brutal Doom fait dans le gameplay et propose un jeu plus rapide, plus violent, avec de nouvelles armes et possibilités, comme les exécutions, tout en conservant les sprites et les textures d'époque. Sur le plan technique, Brutal Doom n'apporte aucune autre upgrade que celles fournies par les moteurs améliorés (du type GZDoom) nécessaires pour le faire tourner. Tout le contraire de Doom Remake, qui entend coller au plus près au gameplay d'origine (à l'exception d'un saut, et même d'un double saut, que je vous encourage à désactiver au plus vite) mais rénove tout le reste de fond en comble : éclairage par pixel, bump mapping, modèles 3D, musique, rien ou presque ne subsiste du jeu d'origine. Reste à savoir qui a gagné la course. En ce qui me concerne, je n'ai pas le moindre doute.