C’est que, voyez-vous, il y a deux catégories de joueurs : ceux qui n’aiment pas les jeux japonais – « les joueurs tristes » – et ceux qui, très tôt, ont été nourris à la poésie, au charme et aux outrances de nos frères du bout du monde. À ceux-là seuls, je m’adresserai : oui, Final Fantasy VII Remake s’annonce bien, et les images montrées lors d’une longue séquence de gameplay permettent d’espérer un jeu digne de l’original, souvent considéré comme l’un des meilleurs, sinon le meilleur épisode d’une des plus grandes séries de l'histoire du jeu vidéo. Au programme des réjouissances : les graphismes, déjà, sont jolis, ce qui n’est pas très étonnant puisque c’était l’un des points les moins décevants de Final Fantasy XV. On peut également apprécier le travail réalisé sur le nouveau design des personnages qui, s’ils ne sont pas tous incroyables, réussissent ce passage au nouveau style graphique moins stylisé, ce qui n’était pas une mince affaire. Mais c’est surtout du côté du système de combat que cet E3 a permis de lever un peu de mystère.