Le mois dernier, Noël Malware chroniquait un très vieux livre. À mon tour de vous parler d'un film pas si vieux (2003) et qui, longtemps considéré comme un pseudo-navet, a peu à peu gagné son statut de film culte auprès des cinéphiles. Car tout ici est prétexte à une mise en abyme : le scénario, les acteurs qui savent qu'ils jouent dans un film, les faux raccords grossiers, les effets spéciaux spéciaux pourris, sans oublier l'humourire (de rire) qui enrobe le tout, les running-gags et les clins d'œil, suffisamment nombreux pour parfois obliger à faire pause, voire retour. Et le grand n'importe quoi assumé, c'est forcément bidonnant. On a même droit à des séquences façon cartoon ou en animation 3D, qui permettent au réalisateur de faire « ce qu'il veut » de ses acteurs, et de relancer l'intérêt du spectateur – qui ne s'ennuie pas un instant. Le sujet, lui, n'a guère d'importance : le protagoniste recherche ses clés de voiture, qui ne sont plus dans leur poche habituelle. Forcément, elles sont dans son autre poche, et on le sait dès les premières minutes (ah zut, je l'ai dit). Des acteurs, dont Depardieu, ont joué gracieusement, ce qui n'a pas empêché Baffie de mettre 7 ans à rembourser ses dettes, faute de succès au cinéma. L'acteur-réalisateur déclara d'ailleurs : « Je préfère faire un film bien qu'on redécouvrira dans 20 ans, plutôt qu'une merde qui fait deux millions d'entrées mais dont j'aurai honte toute ma vie. » Note : 1 J'espère que d'ici 2023, vous verrez ce qu'il veut dire...

Note 1 : Interview Le Point - http://cpc.cx/p0t