Comme disait à peu près Günther Anders, « Ach ! Vivre abrès la kadastrophe adomique, za n'est bas de la rikolade ! » C'est vrai pour tout le monde, mais encore plus pour Igor, le protagoniste de Chernobylite. Sorte de Gordon Freeman ukrainien, ce physicien travaillait à la centrale le soir de l'accident et, depuis, erre de par le monde avec deux obsessions. La première : mettre la main sur de la chernobylite, élément chimique apparu dans le cœur du réacteur de la centrale lors de sa fusion. Le second : retrouver Tatyana, sa fiancée disparue il y a trente ans au lendemain de l'accident. Dans la première scène de Chernobylite, qui fait office d'introduction, Igor, accompagné de deux amis stalkers, reviendra sur les lieux de l'accident récupérer le précieux cristal nécessaire au fonctionnement du téléporteur portatif qui l'accompagnera tout au long du jeu. Puis il s'installera dans un entrepôt désaffecté au milieu de la zone, qui servira de quartier général pour le reste des opérations.