Évidemment, TV Night, un jeu d'horreur très court dans lequel on incarne un enfant qui veut regarder des dessins animés à minuit pendant que ses parents dorment, m'a rappelé ce moment. Ce que je retiens de mon visionnage d'Amytyville, c'est que la mention « interdit aux moins de 12 ans » collée en bas à droite de l'écran n'est pas forcément idiote. J'étais seul à la maison avec ma sœur de 13 ans et une de ses amies. Je pense que la décision de me faire regarder un film d'horreur tenait du même genre de raisonnement qui la poussait, au même âge, à vérifier si les chats retombaient vraiment toujours sur leurs pattesNote : 1. Bref, quand mes parents sont rentrés, et qu'ils m'ont trouvé en train de pleurer toutes les larmes de mon corps, qu'il a fallu me lire des histoires pendant plus d'une heure pour que j'arrête d'être traumatisé, quand, pendant plusieurs mois, j'ai mouillé mon slip à la vue d'une mouche parce que, dans le film, elles annoncent l'arrivée du diable, ma sœur a su qu'elle avait peut-être poussé l'expérience un peu loin. Enfin, tout ceci, c'est du passé maintenant, et j'ai finalement grandi sans être plus marqué que ça. Je suis persuadé que le fait que je mouille encore régulièrement mes draps, à 35 ans, n'a rien à voir là-dedans. Il faudrait peut-être que je revoie le film, pour me confronter à mes démons, mais j'ai un peu peur de briser ce beau traumatisme d'enfance, pour un film que le critique américain Roger Ebert qualifie simplement de « morne et terriblement déprimant ».

Note 1 : Spoiler : non.