Dans VHS, 1986, il y a donc des cassettes vidéo, prétendument tournées en 1986, qu'un ami vous a prêtées, et un magnétoscope pour les regarder. Le truc, c'est que l'ami en question les tient d'une autre personne un peu bizarre qui, visiblement, est très insistante pour les récupérer, vous menaçant par téléphone de débarquer d'un instant à l'autre. On se doute bien qu'il va y avoir un truc flippant. Le problème, c'est que j'ai été pris par autre chose que par la peur en jouant : j'ai ressenti une grande nostalgie. En fait, dans les vidéos présentées, il y a parfois des pubs de l'époque. Ça m'a rappelé qu'il existait un temps où, quand on enregistrait le film qui passait à la télé, on enregistrait aussi les pubs. En fait, avec le recul, j'aimais beaucoup ça. Ça me manque : tomber sur un film enregistré il y a six ou sept ans et réentendre la pub pour Malabar, que ça sert à rien que Ducros il se décarcasse ou que les Pyrénéens, comme les boules de pétanque, il faut les offrir frappés. Parfois, aussi, avec beaucoup de chance, on retrouvait un bout de JT du soir, figé dans le temps, qui parlait de la première guerre du Golfe. Au fond, assez vite, ça ne m'a pas tant dérangé que ça que VHS, 1986 ne fasse pas si peur : j'y ai trouvé autre chose, une sensation que j'ai eu du plaisir à redécouvrir.