Au-dessus du tombereau de productions médiocres qui inondent désormais la homepage de Netflix, quelques séries planent majestueusement, comme pour m'inciter à prolonger mon abonnement. Et ces derniers temps, je n'ai pas vu mieux qu'Ozark. Après une première saison prometteuse en 2017, cette série n'a fait que s'améliorer, se révélant doucement comme une sorte de Breaking Bad forestier. On y retrouve la même recette : une famille banale de la classe moyenne américaine plongée dans le milieu du crime organisé, un scénario solide, sans poursuite en bagnoles ni amourettes d'adolescents neuneus et enfin, c'est important, de splendides panoramas d'une région peu connue, le lac des Ozarks au fin fond du Missouri. Les 30 épisodes déjà disponibles peuvent s'enfiler en une semaine de vacances, sans voir le temps passer.