Vous êtes en Enfer, et pour en sortir, vous pouvez incarner trois guerriers aux statistiques et aux spécialités différentes. Il y a Arok, spécialiste des attaques de mêlée, Zelos, qui dispose d’une arme de longue portée, et Sydna, qui peut envoyer des orbes explosives sur ses ennemis. À chaque début de partie, il est possible de choisir un pouvoir spécial que vous pourrez ensuite améliorer au fil du temps. En guise de difficulté, vous pouvez choisir votre « niveau d’agonie », pour reprendre les termes du jeu, qui pousse le champ lexical de la mort et des Enfers toujours plus loin. Quels que soient le personnage ou le pouvoir sélectionnés, le principe reste le même – Rising Hell est un roguelite en pixel art qui se joue à la verticale, avec des niveaux générés de manière procédurale. Au cours de votre partie, qui vous mènera de la tanière de Belzébuth à la fosse des tourments, les ennemis seront de plus en plus coriaces, et les obstacles plus nombreux. Mais vous deviendrez aussi plus fort, en débloquant des aptitudes contre les âmes des démons que vous aurez annihilés, pour peu que vous ne mouriez pas bêtement avant de devoir tout recommencer.