Dossier jeu de plateau

Interview : Bruno Faidutti - « J’essaie de créer des choses qu’on ne puisse pas faire avec un ordinateur »

Du haut de ses soixante ans et de ses quarante années de carrière, Bruno Faidutti est l’une des figures tutélaires du jeu de plateau en France. Il en a conçu une centaine en tout, même s’il est surtout connu du grand public grâce à Citadelles, incontournable avec ses deux millions d’exemplaires vendus et ses traductions en près de quarante langues. J’ai rencontré ce créateur prolifique et chaleureux dans son appartement, sous le toit d’un immeuble parisien dont les murs sont couverts jusqu’au plafond de boîtes de jeux.

Le Destin de « Destins » - La Roue de la Fortune

Ahhh, Destins. Qui n’a pas connu le jeu de société de MB ? On roule sur la route de la vie et ses étapes. Boulot, mariage, enfants, retraite et argent… ah oui, surtout de l’argent, le plus possible. Pourtant, le jeu trouve son origine dans une première version du fondateur de l’entreprise qui aurait franchement pu s’appeler « La vie est une chienne, les vertueux peuvent bien finir, mais, globalement, c’est chaud ». OK, je reconnais que ça aurait fait un peu long sur la boîte.

Dune - Les jeux, tirés du film tiré du roman

Sans être un expert en cinématographie, impossible de nier que la revisite de Dune par Villeneuve aura su générer sa petite vague d’enthousiasme. Une houle dont les remous ont été jusqu’à arroser le secteur des jeux de plateau, puisqu’un certain nombre d’acteurs de cette industrie proposent - ou vont proposer prochainement - un jeu de plateau Dune bien à eux. Armés de notre mauvaise foi légendaire, nous nous sommes donc attelés à trier le bon jeu du pur produit marketing et, surprise : le cru oscille entre l’étonnamment bon et le plutôt prometteur. Mais lisez plutôt ce dossier savamment distillé. Vous l’avez ? Distille. Distillé. Oh et puis merde.

Illustration : Dune - Aventures dans l'Imperium © Arkhane Asylum Publishing

Quand les critiques de jeux de plateau s'autocensurent - Une vue d'ensemble des relations parfois complexes entre éditeurs de jeux et médias

Le 26 novembre 2020, le site Try aGame ! postait une chronique du jeu de société One Piece Adventure Island. «Si le fan-service pourrait attirer certains fans de par la présence des grands équipages de One Piece, le jeu de société en lui-même demeure loin d’être séduisant dans le cœur de ses mécaniques », pouvait-on notamment y lire. A priori, rien qui ne sorte de l'ordinaire pour un site spécialisé dans les critiques de jeu vidéo et de plateau – à ceci près que l'éditeur du jeu, Topi Games, l'a très mal pris, un peu comme si le développeur d'un jeu vidéo à licence se rendait à la rédaction de Canard PC avec une batte cloutée pour exiger des comptes.

Magic : The Gathering - Le format Commander

Il y a ceux qui ne jouent que pour la compétition. Ceux dont les decks sont optimisés aux petits oignons. Ceux qui ne vivent que pour les dernières extensions en date. Et puis il y a les autres, ceux qui prennent leur pied en tapant le carton sur un coin de table, à plusieurs. Ceux qui ne se préoccupent pas outre-mesure de la puissance de leur deck. Ceux qui jouent pour montrer des trucs de fous. Et parmi ces sympathiques joueurs, il y a ceux qui jouent en Commander.

Les jeux de plateau au thème improbable - « De quoi il parle ton jeu ? »

Dans le monde du jeu de plateau, gérer une usine de poignées de tiroirs de commodes dans la Ruhr en 1912 n’est pas un sujet bizarre, c’est juste un jeu allemand. En dépit de cela, depuis des années, des créateurs arrivent quand même à imaginer des thèmes de jeu… comment dire… spéciaux ?

Plans à deux - Autant y aller au duo

Si vous feuilletez les pages de ce magazine, en sus de l’amour que vous portez à la calvitie de Kahn Lusth (NDKL : Oh là là, en pleine période d'essai. C'est con ça.) ou aux traits d’humour de Perco, c’est sans doute pour vous asperger de nouveautés ludiques. En ces temps de re-re-re-reconfinement – oui, en ce mois de juillet, quand j’écris ces lignes, je m’attends au pire pour la rentrée –, il me semblait toutefois judicieux de vous proposer un florilège de ce qui se fait de mieux à deux. Cette liste est bien entendu arbitraire, fruit d’une discussion de trois minutes avec le reste de l’équipe et un coup de massicot éditorial des plus déchirant*.

* Comme je suis un sale tricheur, voici quelques mentions honorables en vrac que je ne pouvais pas totalement occulter : Star Wars Rebellion, Yinsh, Star Realms, Space Hulk, Claustrophobia, Targui, Gyges, Android Netrunner, Magic, Twilight Struggle, Watergate, Codenames Duo, Dungeon Twister. Des fois que vous n’en ayez pas eu assez...

Noël 2021 : Les jeux pour ne PAS jouer tous ensemble - Chacun sa route, chacun son chemin

Ah Noël ! L’époque des sapins et des cadeaux. Sauf pour les journalistes. Pour nous, c’est l’époque des marronniers et des top dix. Un exercice imposé qui nous permet de taper mollement des conseils d’achat au pif. C’est la magie des fêtes. Chez Canard PC, on se plie à la tradition, mais essayons au moins d’en faire un outil utile.

Canard PC vous parle d’Essen - La belle histoire belge du salon allemand

J’y ai cru. Quand Kahn Lusth m’a dit « Perco, cette semaine tu fais Essen », j’ai tout de suite commencé à préparer ma valise. Des vêtements chauds, un exemplaire de « Parler l’allemand sans avoir l’air d’un scientifique fou », de la nourriture consommable – je ne partage pas la passion de mes collègues pour le Currywrust –, j’étais prêt. En réalité, j’allais bien parler du salon d’Essen, mais celui de 2013.

Jeux de plateau et augmentation des tarifs - Fret is Dead

Je suis dans la file d’attente. C’est déjà ça. Certains ont été refoulés plus tôt. Ils sont rentrés chez eux, penauds, la mine déconfite. J’ai froid, la neige s’accumule sur le bout de mes souliers. Aujourd’hui, j’ai réussi à avoir une plaquette de beurre et deux rouleaux de papier toilette. C’est une bonne journée. Si j’arrive à obtenir, en plus, une boîte de Frosthaven, Irina et moi ouvrirons une bouteille de Suze ce soir. Pour célébrer.

Vous pouvez lire aussi

King of Monster Island - Chou, hibou, genou, kaijūs

Richard Garfield, c’est le roi Midas. À quelques exceptions près, ce qu’il touche devient de l’or pour ses éditeurs, des licences sur lesquelles se reposer. Vous savez quoi ? Il a décidé de toucher à la coop'.

Dune : House of Secrets - Fremen. Pour nous, les hommes.

Les deux grandes forces du jeu Detective étaient l’immersion dans la peau d’enquêteurs et les recherches en ligne, sur une base de données fictive ou sur le vrai web. C’était bien, on s’y croyait. Portal Games reprend donc le moteur du jeu pour cette version sur Arrakis, en virant ces deux aspects pour… hein, attendez, quoi ?

Horrifique - Y’en a Cthulhu, mais ça, j’achète

Attaquons tout de suite le Chtonien dans la pièce. Un jeu à la Lovecraft, est-ce qu’il n’y en aurait pas déjà un ? Pas sûr, en fait. L’Appel de Cthulhu mobilise l’univers, mais de façon orientée enquête, avec le fameux Trouver objet caché qu’on finit par mobiliser mentalement au moindre chargeur perdu.

Let's Role - Déjà solide comme un rock

À ma gauche, il pèse 45 kilos et pourrait bien crever d'un rhume, j'ai nommé l'idole des vieux : Roooooll20 ! À ma droite, doté de cuisses larges comme des troncs d'arbre et capable de maîtriser un système de jeu de rôle comme certains matent un taureau : Fouuuuundryyyy ! Et au centre, c'est l'outsider, il bave de rage et veut mettre des patates à tout le monde : Leeeet's Rooooole !

Everybody lies - 120 Batman par minute

On serait tentés d’être accusatif : à force de décliner les jeux et les licences à tout-va, c’est l’intérêt qui va décliner. Détective, c’est à peu près la preuve par pas neuf. Il y avait celui de base, le 16+, et ses deux extensions. Puis une version nommée Saison 1, un peu plus simple d’accès, et Vienna Connection. La version Dune attend sa VF. Et pouf, vient d’arriver en VO et donc plus tard en français la version nananana nananana Batman !