Vous avez deux catégories d'amateurs de claviers mécaniques. Il y a les dingues qui achètent leurs touches chez des petits artisans hongrois et importent leur châssis d'une usine japonaise dont l'adresse s'échange entre initiés. Et puis il y a ceux qui se contentent très bien d'un clavier mécanique de grande marque, sans chercher à le customiser dans tous les sens.

Si vous faites partie, comme moi, de cette dernière catégorie, alors le Vulkan TKL Pro est certainement l'un des plus beaux modèles du marché. Sur une plaque d'aluminium minimaliste sont posées des touches assez plates, fines et bien espacées, qui laissent ressortir la lumière du rétroéclairage à travers des switchs transparents. C'est magnifique. Le Vulkan a un look aérien, propre, léger, qui fait passer mes anciens claviers mécaniques pour des tanks soviétiques des années 1960. Malgré leur apparente minceur, les touches sont stables, elles ne gigotent pas sur leur support, notamment la barre d'espace qui ne fait pas son vieux bruit de casserole habituel.

Le tchac des Titans.

Côté switchs, j'étais sceptique concernant les Titan Optical. Très satisfait des switchs Cherry (MX Brown ou MX Red selon les années) de mes anciens claviers mécaniques, je ne voyais pas trop l'intérêt de changer. Mais il faut avouer que les contacteurs propriétaires de Roccat sont réussis. Le bruit rappelle les MX Red en un poil plus clair, ils sont bien linéaires, non cliquants, je n'ai rien à leur reprocher. Pour ce qui est de leurs performances – ils sont censés transmettre l'info de frappe plus rapidement grâce à leurs capteurs optiques –, j'avoue que j'ai n'ai pas pris d'appareil de mesure pour vérifier tout ça, et de toute façon, je n'ai jamais trouvé aucun clavier trop « lent »... Verdict après trois semaines d'utilisation intensive : le Vulkan m'a conquis. La frappe est confortable et son design s'intègre parfaitement dans ma déco bourgeoise épurée. Un petit reproche à faire, histoire d'être objectif : la molette de réglage du volume sonore, qui vient remplacer les trois touches (peu utiles) en haut à droite du format TKL habituel, n'est pas indispensable et casse un peu le style et l'harmonie toute en angles propres du clavier. Ah, bien sûr, il y a aussi le prix. À 160 €, le Vulkan se situe dans la tranche haute des claviers mécaniques TKL rétroéclairés, ce qui n'est pas malhonnête vu la qualité et la beauté de l'engin.

Clavier Roccat Vulkan TKL Pro | Notre avis : 9

| Modifié le 5 mai 2021
Ça n'est pas tous les jours que je m'enthousiasme pour un clavier, mais j'avoue que je me suis entiché du design du Vulkan comme une cagole devant un chanteur à gourmette. Je ne me lasse pas de le voir trôner sur mon bureau dans toute sa pureté minimaliste, et ses touches, aussi bien pour la bureautique que pour le jeu vidéo, sont irréprochables.