Quelle coïncidence ! « Vaporum » est justement le surnom de la rédac' depuis qu'ackboo, Moquette et Téraboule ont investi dans des vapoteuses high-tech, grosses comme des cigares cubains, qu'ils sucent nonchalamment du matin au soir. Notre lieu de travail ressemble désormais à la lande écossaise par un matin brumeux, avec en prime un mélange d'odeur de tabac, de chocolat et de barbe à papa.

Le cumulonimbus qui nous sert de rédaction est encore un lieu très fréquentable à côté de l'Arx Vaporum, immense tour dressée sur un îlot perdu, que le protagoniste de Vaporum, naufragé amnésique, va devoir explorer. Difficile d'imaginer édifice moins accueillant. À moitié inondé, avec des murs de pierre et de métal rouillé, il est de plus peuplé de robots aux intentions hostiles, d'insectes mutants et de créatures qui, semble-t-il, ont un jour été humaines. Disséminés un peu partout dans le bâtiment, cylindres phonographiques et autres bloc-notes aideront le héros (et le joueur) à comprendre ce qui a bien pu se passer. Si vous trouvez que les messages enregistrés, quand même, c'est un peu cliché depuis Bioshock, vous serez heureux d'apprendre que ce n'est pas le seul point commun entre Vaporum et le jeu de 2K. Du steampunk qui lorgne parfois vers l'Art déco, des pouvoirs spéciaux à équiper, des scaphandriers dont la silhouette évoque méchamment celle des big daddies... Voilà qui change agréablement du médiéval-fantastique, genre quasi obligatoire dans les dungeon crawlersNote : 1.

Note 1 : À l'exception notable de l'excellent Starcrawlers dont nous vous parlions il y a peu.

Eye of the Bioshock.

Oui, parce qu'avec tout ça j'avais oublié de vous prévenir... Vaporum est avant tout un jeu d'exploration de donjon en temps réel et en case par case, façon Eye of the Beholder ou Legend of Grimrock, à un détail près : on n'y dirige qu'un seul personnage, lequel peut toutefois être personnalisé en détail. Tout d'abord avec des compétences passives, choisies de façon définitive, qui octroient des bonus permanents. Ensuite grâce aux « gadgets », objets techno-magiques qui donnent des avantages temporaires ou déclenchent des attaques spéciales, et que l'on peut quant à eux remplacer quand ça nous chante. Qu'on opte pour la finesse ou la force brute, l'important est d'être efficace en combat. Car, autre différence avec les canons du genre, Vaporum est presque un jeu d'action. Les énigmes simples reposent souvent sur la vitesse plus que sur la réflexion ; la maîtrise du pas chassé est obligatoire. Pour éviter les attaques des ennemis (explosions qui affectent toutes les cases autour de l'adversaire, projectiles qui laissent une traînée toxique rendant certaines zones impraticables...), vous devrez être rapide, utiliser au mieux vos gadgets, rester toujours en mouvement. Le résultat est assez plaisant, mélange de jeu de rythme et d'échecs, dans lequel on tourne autour des ennemis en cherchant à éviter les cases les plus dangereuses. Pas de quoi révolutionner le genre, assez pour passer un excellent moment à patauger dans des couloirs humides et hostiles.

Vaporum | Notre avis : 7

| Modifié le 5 mai 2021
Dungeon Master à un seul personnage, Vaporum troque la gestion d'équipe contre des combats nerveux qui en font presque un jeu d'action en case par case, servi qui plus est dans des décors steampunk de toute beauté.