479 résultats pour "test bref crosscells"

Watch Dogs: Legion - Légion épidermique

Sous ses dehors bourrus de chroniqueur judiciaire blasé d'avoir trop vu les atrocités dont les humains sont capables, Noël Malware cache un cœur tendre d'enfant émerveillé. Jamais je n'ai croisé quelqu'un d'aussi bon public, un rien suffit à lui plaire, le plus nanaresque des films trouve une place dans son cœur, il a même aimé Joker, c'est vous dire. Aussi, quand il est venu me dire « Ah c'est toi qui testes Watch Dogs: Legion finalement ? Fais attention, c'est vraiment très mal écrit », un frisson d'angoisse m'a traversé l'échine, car l'échine, c'est bien connu, n'est bonne qu'à être traversée par des frissons d'angoisse.

Les jeux de shoot tactique sont l'opium du peuple.
Squad - C'est si bon de mourir groupé

Oui, figurez-vous que la version 1.0 de Squad est sortie. Cela fait tellement longtemps qu'il fait partie du paysage multijoueur PC – sa première version anticipée est arrivée sur Steam en 2015 – qu'on en aurait presque oublié qu'il était toujours en early access.

Spelunky 2 - Spéléo-maso

La première fois que j’ai joué à Spelunky 2, je suis morte au bout de vingt-huit secondes, empalée par une flèche. La deuxième fois, après une minute, mordue par un serpent. La troisième, tuée par un fantôme que j’ai malencontreusement libéré d’une jarre. La quatrième, je suis simplement tombée d’une plateforme trop haute. J’allais me décourager, puis j’ai vu mon journal s’afficher. Sur la page de gauche, il y avait écrit « Je ne suis jamais arrivée aussi loin ! » – et j’ai tout de suite eu envie de prendre en compte mes erreurs passées et de persévérer.

Star Wars: Squadrons - Escadre supérieur

La question à laquelle notre holo-cours de philosophie galactique va tenter de répondre aujourd'hui est : « comment produire un effet de réel lorsqu'on cherche à reproduire une fiction ? ». Nous nous appuierons sur les écrits de Bitssis Niumb, le grand penseur tevvarien. Attention, la philosophie des coraux philosophes de Tevvar IV, qui passent leurs journées à regarder leurs six nombrils, est assez confuse. Au passage, et pour l'anecdote, sachez qu'il n'a fallu que trois heures à l'Empire pour réduire en esclavage toute la population de Tevvar IV, mais je digresse.

Hades - Tartare ta gueule à la récré

Appuyé contre ma fenêtre, je regardais le parc et ses enfants qui jouent sous le soleil de septembre, ses familles qui s'installent pour pique-niquer, ses couples qui se bécotent sur les bancs en bois pour profiter des derniers beaux jours. L'été touchait à sa fin, il faisait chaud, il faisait doux. « Quel temps parfait pour jouer à Hades », me disais-je en refermant les volets.

Necromunda : Underhive Wars - Trop Escher pour ce que c'est

Nous étions en 2018 lorsque Guy Moquette découvrait Necromunda : Underhive Wars, futur titre des créateurs de Mordheim : City of the Damned. À cette époque, le jeu se présentait comme une sorte d'hybride qui permettait aux joueurs de fouiller un niveau en temps réel, avant de basculer sur du combat au tour par tour lorsque des personnages étaient trop proches. Puis le jeu a disparu sans laisser de traces. Comme ça. Pouf. Aplu.

Skater XL - Des promesses, toujours des promesses

Il y a un peu plus d'un an, Skater XL, en accès anticipé, était une promesse, la promesse du retour d'un genre orphelin depuis la disparition de Skate, la licence d'EA. Un an plus tard, Skate 4 a été annoncé, Session est un concurrent sérieux et Skater XL sort d'accès anticipé, pour rester ce qu'il était : une promesse.

Carrion - La peur qui rote

Je ne sais pas, je n'ai plus envie. J'en ai parlé à mon psy, il m'a dit que ça pouvait arriver, quelquefois. Ils appellent ça des « pannes », des « accidents ». Avant, pourtant, j'adorais ça. Torturer des gens, les démembrer, arracher leur peau, manger leur chair. Mais depuis quelque temps, mon tentacule ne se dresse plus comme avant. Mon tentacule est mou. Mon tentacule est triste.

Ghost of Tsushima - Assassin's Creed sauce samouraï

Un petit conseil à destination d'Ubisoft : quand vos joueurs vous supplient depuis des années de faire un Assassin's Creed dans le Japon médiéval parce que ça semble être le décor idéal pour un monde ouvert avec de l'infiltration et des combats, faites-le. Sinon, vous prenez le risque que quelqu'un le fasse à votre place, et qu'il le fasse mieux que vous. Voilà, maintenant c'est trop tard.

Trackmania - Ça continue, encore et encore

Une mise à jour qui fait tout planter, un réflexe qui permet de rattraper au vol l'urne funéraire de pépé qui tombait, la pincée de sel qui ruine le plat... Parfois, un tout petit rien suffit à tout changer. Mais dans la dernière mouture du jeu de course de Nadeo, ce changement est tout d'abord symbolisé par le passage de TrackMania à Trackmania. Une absence de majuscule qui, l'air de rien, en dit long sur l'ambition du jeu.

Valorant - Counter-Strike shooté aux héros

Ça ne vous est jamais arrivé d'être face à une belle piscine et de ne pas avoir envie d'y piquer une tête ? Malgré la grisaille et le vent, vous vous forcez à entrer dans l'eau et découvrez avec surprise que celle-ci est agréablement tiède. Rien qui ne vous retiendra au-delà de quelques brasses bien sûr, mais force est de constater que vous vous sentez bien, une fois dedans. Eh bien Valorant, c'est un peu une piscine dans un mois d'août pourri.

The Curse of Rabenstein - Rabbin des bois

Stefan Vogt a du temps à perdre. Comme vous et moi, me direz-vous, qui passons nos soirées à compter les nuages après plus d'un mois de confinement. Mais Stefan Vogt, lui, est allemand. Et ça, ça change tout. Car quand le Français s'ennuie, il écrit de la poésie ou fait la révolution, bref, que des trucs qui ne servent à rien. L'Allemand, lui, développe des jeux pour Commodore 64.

Gears Tactics - Rouages d'or

Nous, les adeptes de jeux tactiques, avons une pudeur. Notre univers, c’est celui de l’intellect, du raffinement, de l’esprit libéré de la chair. Alors quand Gears of War a annoncé son XCOM, nous avons tiqué dans nos sublimes tours d’ivoire. Gears of War, c’est le brut et le brutal, le déodorant Axe, la barbe du bûcheron collectionneur d’armes. C’est un biceps couvert de sueur après avoir redressé une carrosserie ou décoincé un bocal de mayonnaise vraiment très serré.

Cloudpunk - Notre Uber, qui êtes aux cieux

Pourquoi suis-je encore en train de faire ce métier ? Après tant d'années à tronçonner des jeux, raccrocher pour passer à autre chose pourrait en effet résonner comme une évidence. Pourtant, le jeu vidéo continue de me surprendre, de me bousculer, de m'exciter, de me mettre au sol avec sa cravache en me demandant de faire le cochon et... Attendez, je crois qu'on est en train de tout mélanger là.

Disaster Report 4 : Summer Memories - Stupeur et tremblement de terre

« Vous vous trouvez dans une ville que vous visitez pour la première fois, quand survient un gigantesque tremblement de terre. Comment vous sentez-vous ? À quoi pensez-vous ? Comment allez-vous réagir ? » Ce sont les premières questions posées par Disaster Report 4 : Summer Memories, dans lequel je m’imaginais déjà devoir faire des choix moraux complexes. Mais comme ce monde est cruel et décevant, l’une de mes premières missions s’est résumée à apporter du papier toilette à un type dans un magasin.

Broken Lines - Simul' tannée

En 2015, Guy Moquette avait tenu à tester Hard West, un XCOM à la sauce western qu’il attendait comme le messie. Hélas, le jeu n’avait pas tenu ses promesses puisque des mécaniques bancales et un déluge de bugs le rendaient injouable, au grand désespoir de notre Breton aux cheveux de feu. Qu’a-t-on appris de cette histoire ? Eh bien que dalle puisque aujourd’hui, j’ai tenu à tester Broken Lines.

Les petites saloperies qui bondissent au visage sont particulièrement terrifiantes en VR.
Half-Life : Alyx - La VR au pays des merveilles

C'est donc sur les épaules d'Alyx, introduite aux joueurs dans Half-Life 2, que reposent tous les espoirs de Valve en matière de réalité virtuelle. Bien avant que le moindre journaliste n'ait pu poser les mains dessus, le nouveau « jeu Half-Life » a été annoncé comme la fameuse killer app destinée à faire exploser la réalité virtuelle. Alors décortiquons la bête, en gardant la tête froide – même si c'est compliqué de ne pas suer comme un goret sous un casque VR.

Call of Duty : Warzone - La rosse des maths

Forcément, vous êtes déjà prêt à cliquer sur la petite croix rouge pour oublier au plus vite l’existence de cet article. « Un battle royale Call of Duty ? » J’aurais pu écrire « une terrine de verrues » ça aurait eu le même effet. Moi aussi, j’avais l’impression de me salir le cerveau en téléchargeant Warzone – jusqu’à ce que je découvre ses qualités.

Ori and the Will of the Wisps - Un pour tous et tous pour Kun

Cinq ans après la sortie du jeu de plateforme Ori and the Blind Forest, qui avait fait pleurer dans les chaumières autant qu’il avait séduit par son univers magique et envoûtant, le petit esprit sylvestre est de retour. Sans grande surprise, la suite reprend à peu près tout ce qui avait fait son succès – à commencer par son univers enchanteur, sa bande-son magnifique et sa capacité à provoquer toutes sortes de débordements lacrymaux chez les joueurs.

Toute la partie visuelle du jeu est un bonheur, jusqu'à son interface clairement inspirée par Fallout.
Beautiful Desolation - Les ravages du laissez-frère

Avec Stasis, les frères Bischoff avaient frappé fort. Leur jeu d'horreur en vue isométrique s'était vendu par palettes entières et avait mis « une claque » à Maria Kalash (8/10, Canard PC n° 324), preuve que le titre de championne olympique de kung-fu ne permet pas d'esquiver tous les coups. Autant dire que cinq ans après, on attendait de pied ferme les frangins de The Brotherhood. Je me suis jeté comme un seul homme sur le test de leur nouveau jeu, Beautiful Desolation. C'était la première fois de ma vie que j'étais optimiste pour quelque chose. C'était aussi la dernière.