Si vous voulez une preuve objective, quantifiable, que le monde va de mal en pis, en voilà une : les bundles Itch.io sont de plus en plus nombreux. Après celui en soutien à Black Lives Matter, pour la Palestine puis pour l'Ukraine, le site est en train d'organiser un bundle en défense des droits reproductifs des Américaines, dont les bénéfices iront à des fonds d'aide à l'avortement : http://cpc.cx/itchioavortement. LFS

Dernières news jeu vidéo

Pin-pon, pin-pon (c)

Vous voulez une nouvelle preuve que donner à des algorithmes le pouvoir de censurer des vidéos est une idiotie ? Le streamer espagnol Menos Trece, qui cumule quelques millions de followers, a constaté que le son d'un de ses Let's Play sur Project Zomboid a été supprimé par Twitch. Peut-être ce gredin a-t-il diffusé le fameux tube Bailamos d'Enrique Iglésias, promptement détecté par les algorithmes de la plateforme ? Non. Mais dans Project Zomboid, on peut entendre des sirènes de police. Qu'un petit malin a copyrighté pour le simple plaisir de foutre la merde. Mission accomplie. Afin d'éviter ces abus récurrents (des streamers GTA RP en ont déjà été victimes l'année dernière), il suffirait bien sûr de mettre des modérateurs humains dans la boucle de décision. Mais vous savez ce que c'est : ils vont demander un salaire, des congés payés, c'est compliqué. A.

D'après un mec sur Reddit qui a fait le compte un peu sérieusement, il s'avère que Genshin Impact coûte environ 200 millions de dollars par an à développer, ce qui en fera, d'ici quelques semaines, le jeu le plus cher de tous les temps, devant Star Citizen et Cyberpunk 2077. Vu que le jeu génère un milliards de dollars tous les six mois, ça reste rentable, ne vous inquiétez pas. N.M. 
La guerre des boutons

Au jeu du « qui est le plus anticompétitif », Sony a dit à Xbox : « C'est toi ! » et Xbox a répondu : « Non c'est pas vrai, c'est pas moi, c'est toi ». Le premier accuse le second d'être anticompétitif en achetant la licence Call of Duty, ce qui est un peu culloté, je trouve, dans la mesure où toutes les consoles ont toujours fonctionné sur le principe d'exclusivités, Playstation autant si ce n'est plus que les autres, mais passons. Le second a dégainé sa carte joker en arguant que Sony paie des studios pour les empêcher de rendre leurs jeux disponibles sur le Gamepass, ce qui est un peu plus problématique en terme de libre concurrence. Mais bon, apparemment, c'est assez courant aussi dans l'industrie, donc à ce niveau, je pense que tout le monde pourrait se serrer la main autour d'un juge qui dirait : « Allez, on arrête les querelles. Vous êtes anticompétitif tous les deux et vous avez tous les deux raisons. Maintenant faîtes vous un bisou ». N.M. 

It Take-Two money to make money

Take-Two, le petit éditeur indépendant américain, perd des thunes, mais en fait non. Enfin si : les résultats accusent une perte d'un peu plus de 100 millions de dollars pour le premier trimestre fiscal 2021, mais c'est cacahouète puisque l'intégration de Zinga, récemment acquis pour 12,7 milliards de dollars, coûte très cher. Vous pouvez sécher vos larmes : Take-Two se porte bien, puisque Zinga permet d'accroître la part des bénéfices liés aux jeux mobiles de 10 % à 34 % avant l'achat. D'ici la fin de l'année, l'éditeur prévoit que Zinga compte pour 45 % de son chiffre d'affaires, et ceci bien devant Rockstar à 17 %, malgré les ventes toujours exceptionnelles et qui ne faiblissent pas de GTA V avec la barre des 170 millions de copies vendues (je l'ai acheté trois fois, cette réussite, c'est un peu la mienne aussi). N.M.

Pour faire comme les autres et suivre la tendance 2022, Take-Two a décidé de repousser la sortie de Marvel's Midnight Suns, le tactical réalisé par Firaxis avec des types en slip. Prévu initialement pour mars 2022, il avait déjà été repoussé au mois d'octobre. Il est maintenant annoncé pour l'année fiscale 2022, ce qui nous amène jusqu'au mois de mars 2023, juste avant le nouvel an fiscal. N.M. 
Deux sexes dans la machine

D'après un type bien informé (Jeff Grubb, hein, comme d'hab'), Eidos Montréal serait bien chaud du slip pour proposer une suite à Deux Ex, surtout depuis que le studio a quitté le giron de Square-Enix pour aller folâtrer avec Embracer. D'après Jeff, il ne s'agirait encore que d'un vague projet, mais il y aurait (notez l'usage du conditionnel à chaque mot) une volonté de réaliser « ce que Cyberpunk 2077 n'a pas été capable de faire ». C'est un peu dégueulasse de tomber comme ça sur un jeu déjà à terre, et je serais Eidos Montréal, je commencerais par ne pas répéter les mêmes erreurs que CD Projekt, c'est-à-dire de commencer avec des grandes promesses qui seront fatalement rompues. D'autant que les deux précédents Deux Ex étaient sympas, hein, me faites pas dire ce que j'ai pas dit... Mais de là à faire de l'ombre au premier volet de 1999, il y a encore de la marge. De la grosse marge. N.M.

Square tourne pas rond

Ouais... Alors... Square-Enix a un peu expliqué sa stratégie derrière la vente de Cristal Dynamics et Eidos Montréal, ainsi que ses plans pour les prochaines années, mais je ne vais pas vous mentir, j'ai rien compris. Déjà, la vente de ces studios n'était que la première phase du plan – j'aime bien quand les méchants font des plans en plusieurs étapes. La deuxième phase consistera à se débarrasser de parts d'autres studios occidentaux pour concentrer l'allocation de ressources sur les jeux japonais. On apprend, par ailleurs, que les premiers studios ont été vendus parce que les jeux produits « cannibalisent les ventes d'autres jeux Square » (???).  Ensuite, il s'agira d'acheter d'autres studios (donc des studios japonais, j'imagine ?). Enfin, on apprend que Square a 1,4 milliard de dollars en banque et aucune dette, et qu'il n'y a donc pas, a priori, besoin de vendre quoi que ce soit pour acheter des studios. Le plus important, c'est qu'après cette annonce, les financiers étaient contents puisque l'action a bondi de 9 %. Mon analyse : si les financiers sont contents, alors je suis content aussi. J'aime bien que les gens soient contents. N.M. 

Tencent mise sur Ubisoft

D'après quatre mecs proches du dossier, dont deux de la famille Barzini, un de chez Tataglia et même nos amis Caporeto de la Nouvelle-Orléans, Tencent aurait rencontré la famille Guillemot dans un hangar désaffecté du côté de Montréal pour discuter un peu du partage du territoire et proposer une offre : 100 euros pour des actions cotées 44 , afin d'être l'actionnaire majoritaire et prendre le contrôle du juteux trafic de jeux vidéo en Occident, et devenir ce qu'il convient d'appeler « le boss de deux mondes ». Tout ceci, pour l'instant, est à l'état de rumeur, même si, comme l'a précisé l'une des sources : « Un accord permettrait de ramener la paix entre les familles et de mettre fin à une guerre qui a déjà fait couler tant de sang et de larmes des deux côtés ». Yves « Il Bretoni » Guillemot n'a pas encore réagi. N.M.

Vamos a la plaion

Koch Media, le truc qui fait plein de choses mais on sait pas bien quoi (regroupement de studios, éditeur, distributeur), change de nom et devient Plaion, sans doute parce qu'ils étaient comme vous : ils n'en pouvaient plus de tous ces prétentieux qui prononçaient ça « KoRRRR Media » à la manière des gens qui rentrent de leurs vacances à l'île de Ré en se vantant d'avoir vu jouer un « très joli récital de Jean-Sébastien BaRRRR » après avoir profité de Cyberpunk 2077, la dernière pépite de CD Proyyyyyeckt. Pour info, Plaion se prononce Play On, ne vous étonnez donc pas de nous voir le prononcer « playon » à chaque émission, un peu comme on dirait, en rentrant d'Andorre pour aller au Touquet : « Vamos à la playon ». N.M. 

Ça continue à se syndiquer dur chez papy Kotick. Après ceux de Raven Software, c'est maintenant au tour des employés du département QA de Blizzard Albany (ex-Vicarous Visions) de s'organiser pour s'assurer d'être traités avec respect durant leurs huit heures quotidiennes passées à cliquer sur Rakanishu pour vérifier que les éclairs sortent bien comme il faut. LFS
Voir plus de News

Vous pouvez lire aussi

Warhammer 40,000: Rogue Trader - Ce soir, Jean Bart pour l'espace

Vous savez, ce qui est formidable lorsqu'on patauge en permanence dans des jeux vidéo Warhammer plus flingués les uns que les autres, c'est qu'on a la priorité pour vous en parler lorsqu'un truc vaut le coup. Oui Izual, je vois bien ton regard plein de convoitise, prêt à te jeter sur Rogue Trader comme le réchauffement climatique sur le monde. Mais pas de bol, il est pour moi.

Aliens: Dark Descent - Xéno le guerrier

On pense valoir mieux que les autres. On se dit qu'on n'est pas un gros naïf, qu'on ne se laissera pas avoir par une marque, qu'on ne se tapera pas dix heures imbitables de The Book of Boba Fett simplement parce qu'il y a écrit Star Wars sur l'étiquette. Et puis on réalise que, de tous les jeux de SF gore sur lesquels s'est ouvert le Summer Game Fest, on ne se souvient que d'un seul un mois plus tard : celui avec des xénomorphes.

Shadows of Doubt - Cité de démesure

Quand j’étais jeune, la ville de GTA III m’impressionnait beaucoup. En me baladant dans les rues, la tête levée vers les gratte-ciel, je rêvais aux mégapoles des jeux vidéo du futur, où l’on pourrait forcément rentrer dans chaque immeuble et pénétrer dans chaque appartement. Shadows of Doubt réalise enfin ce fantasme, avec une mission à la hauteur : retrouver et démasquer un tueur en série.

Astro Colony - Le Factorio de (pas) Varsovie

Les développeurs indés polonais sont partout, ils doivent publier quelque chose comme trois cents jeux par semaine sur Steam et sont bien décidés à montrer qu'ils ne resteront pas cantonnés pour toujours sur le créneau des « petits jeux pétés avec une idée rigolote ». Tenez, là par exemple, ils s'attaquent à un monument : Factorio.

System Shock - Fin du choc sceptique

Autant l'avouer tout de suite : je n'avais pas une confiance immodérée dans le remake de System Shock. Et par « pas immodérée », je veux dire « convaincu qu'on fonçait vers l'incident industriel », d'autant que le dernier projet sur lequel Warren Spector avait eu un rôle de consultant était Underworld Ascendant, dont la légende dit qu'à chaque fois qu'on évoque son nom, un de ses développeurs éclate en sanglots.