« Merci de ne pas m’envoyer de gros pavés. Je reçois des mails tous les jours et j’ai envie de tous les lire, mais je m’arrête au bout de deux paragraphes. Désolé. » La page de contact de Ron Gilbert ne nous avait pas laissé beaucoup d’espoir quant à la possibilité d’un entretien. D’autant plus qu’on le sait très sollicité, et qu’on peut comprendre qu’il en ait assez de parler de jeux sur lesquels il a travaillé y a une trentaine d’années (Maniac Mansion, Indiana Jones et la dernière croisade et Monkey Island, pour ne citer qu’eux), lors de la grande époque de LucasArts. Et pourtant, il a rapidement accepté de revenir sur son parcours, son amour de la programmation et sa grande participation au jeu d’aventure. Et pour un type qui s’auto-qualifie régulièrement de « grincheux », il a l’air plutôt positif quant à l’évolution du genre.