Mon aventure a curieusement débuté. Dans Assassin's Creed Origins, on dirige Bayek, qui n'est pas un assassin mais le dernier des Medjaÿ. En théorie, les Medjaÿ étaient une sorte de force de police paramilitaire dépendant des pharaons, mais c'était environ un millénaire avant la naissance de Bayek. Lui est plutôt mi-samouraï errant, mi-shérif vengeur et à cheval, mi-livreur de colis (et visiblement mi-pas très bon en maths, aussi). Plutôt que de foncer tête baissée dans la première grosse mission scénarisée, je me suis dit que j'allais envoyer Bayek explorer la ville et ses environs, piller le temple local et me faire des petits plaisirs à la boutique de sabres avec le butin récolté. Grâce à l'aigle Senu, sorte de drone vivant capable de miracles (il pratique notamment le vol stationnaire et la détection d'ennemis et de trésors à travers les murs), j'ai commencé par faire le tour du temple en notant les emplacements de tous les gardes, ce qui a vite rempli mon écran de dizaines de marqueurs. J'ai alors commencé à les éliminer patiemment, un à un, parfois en profitant de leur bêtise (AC n'a pas fait de grands progrès de ce côté : les ennemis ne sont ni curieux, ni perspicaces, ni malins), de leurs problèmes de vue et de leur tendance à s'approcher un peu trop du vide.