Il y a beaucoup de choses que je pourrais reprocher à Engare. Il est trop court (une petite heure pour venir à bout des casse-tête fournis), il exploite trop peu ou mal ses idées, il est parfois trop clément dans la reconnaissance de la solution d'une énigme et parfois trop sévère... Bref, sur un plan purement logique, froid, rationnel, Engare n'est pas parfait. Heureusement, Canard PC ne fait pas encore tester les jeux par des intelligences artificielles (mais qui sait ? Peut-être que les robots finiront aussi par me piquer mon job) et Engare se rattrape (et plus encore) sur le plan sensoriel. Le principe général est bête à manger du foin : on pose un marqueur sur un objet en mouvement et la courbe suivie par le marqueur dessine un trait. À chaque niveau, il faut parvenir à reproduire un trait précis, ce qui peut demander quelques essais et un minimum d'apprentissage. Au début, tout ça n'est guère intéressant : on place des marqueurs sur des roues ou des caisses en train de chuter, et Engare ressemble à un énième casse-tête avec un moteur physique. Et puis vient un moment où, au détour d'un puzzle, au moment de tracer une énième courbe, le jeu se transforme sous vos yeux en spirographe, traçant des formes complexes et recherchées et les remplissant de couleurs.