Pour un œil non averti, une image d'Into the Breach peut faire penser à un casse-tête pour tablette tactile, une sorte de Hitman Go dans un univers proche de Pacific Rim, où des gros robots (les mechs) tapent des kaijus, ces monstres géants qui ici s'appellent des Vek. Après tout, les règles sont assez proches pour qu'on puisse faire le rapprochement : des déplacements au tour par tour sur une grille de cases carrées, des adversaires dont les mouvements sont connus à l'avance... C'est ce qu'on appelle un jeu déterministe : puisqu'on a toutes les données en main, on peut prévoir le résultat de chaque action. Cependant, ce serait faire fausse route que de résumer Into the Breach à un casse-tête : quitte à le comparer à un jeu mobile, il est beaucoup plus proche (tout en étant bien plus complexe) d'Hoplite, le merveilleux petit rogue-like mobile qui ne quitte pas ma poche depuis des années. Sauf que contrairement à Hoplite (ou Hitman Go, si vous y tenez), ici on ne dirige pas un seul mais trois personnages, ce qui change considérablement la donne : c'est toujours un jeu déterministe, mais au lieu de prévoir les conséquences d'un déplacement, il faut réfléchir à trois mouvements simultanés et aux réactions en chaîne qu'ils peuvent impliquer. Une erreur de placement pour l'un de vos personnages, un simple clic exécuté sans trop y penser, risquent de vous coûter cher pour longtemps.