Nous sommes à New York, dans un futur proche où tous les habitants portent un blouson de cuir noir de plutôt bonne facture. Un jeune homme (appelons-le John) avance dans une ruelle, un sachet en papier à la main. Que contient-il ? On ne le saura jamais, car voilà que John (qui a de très beaux cheveux) s’embrouille avec d’autres types parce qu’il est sourd-muet. Bon, c’est pas de pot, alors il les tape, et il laisse son petit sachet sur le visage endormi de l’un deux. Cette scène, la seule de The Quiet Man montrée pour l’instant, mélange de façon peu subtile des séquences filmées (où les méchants sont trois) avec des acteurs expressifs comme des pelleteuses, et des séquences « de jeu » où John tabasse les méchants (ils ne sont plus que deux, étrange) avec à peu près autant de force que Hulk. C’est Human Head Studios qui développe ce futur nanar en puissance (qui, bonne nouvelle, ne devrait pas durer plus de deux ou trois heures). Cet E3 marquait le retour en grâce du studio du Wisconsin après douze ans au coin (leur dernier gros jeu, le premier Prey, date de 2006), puisqu’ils y montraient aussi leur reboot auto-financé de Rune, un jeu de Viking où l’on tape d’autres Vikings. Mais vu le potentiel bousesque de The Quiet Man, « grâce » n’est peut-être pas le bon mot.